( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/lang.php on line 32
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
53.33011331780charger_fonction( )../assembler.php:133
63.33011332168include_spip( )../utils.php:45
73.36071425512include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public/parametrer.php' )../utils.php:82
83.36841476736include_spip( )../parametrer.php:20
93.39411582520include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/lang.php' )../utils.php:82
104.72051680400utiliser_langue_site( )../lang.php:367
114.72051680400changer_langue( )../lang.php:279

( ! ) Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php on line 38
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
65.79282522296charger_fonction( )../parametrer.php:317
75.79282522676include_spip( )../utils.php:45
85.79902689852include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public/composer.php' )../utils.php:82
95.79912689936include_spip( )../composer.php:16
105.81742999620include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/indexation.php' )../utils.php:82
115.81752999700include_spip( )../indexation.php:16
125.82403020076include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/base/create.php' )../utils.php:82
135.82403020156include_spip( )../create.php:15
145.84233095200include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php' )../utils.php:82
155.84233095200initialiser_sel( )../acces.php:235
165.84233095328creer_pass_aleatoire( )../acces.php:126

( ! ) Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php on line 39
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
65.79282522296charger_fonction( )../parametrer.php:317
75.79282522676include_spip( )../utils.php:45
85.79902689852include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public/composer.php' )../utils.php:82
95.79912689936include_spip( )../composer.php:16
105.81742999620include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/indexation.php' )../utils.php:82
115.81752999700include_spip( )../indexation.php:16
125.82403020076include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/base/create.php' )../utils.php:82
135.82403020156include_spip( )../create.php:15
145.84233095200include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php' )../utils.php:82
155.84233095200initialiser_sel( )../acces.php:235
165.84233095328creer_pass_aleatoire( )../acces.php:126

( ! ) Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php on line 40
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
65.79282522296charger_fonction( )../parametrer.php:317
75.79282522676include_spip( )../utils.php:45
85.79902689852include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public/composer.php' )../utils.php:82
95.79912689936include_spip( )../composer.php:16
105.81742999620include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/indexation.php' )../utils.php:82
115.81752999700include_spip( )../indexation.php:16
125.82403020076include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/base/create.php' )../utils.php:82
135.82403020156include_spip( )../create.php:15
145.84233095200include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php' )../utils.php:82
155.84233095200initialiser_sel( )../acces.php:235
165.84233095328creer_pass_aleatoire( )../acces.php:126

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/flock.php on line 60
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.21744242040public_composer_dist( )../parametrer.php:319
76.31334242812lire_fichier( )../composer.php:47

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/texte.php on line 1428
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.93914790372BOUCLE_meta2html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1304
86.94034801152propre( )../composer.php(48) : eval()'d code:137
96.94034801152traiter_raccourcis( )../texte.php:1525

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 560
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.95744833840vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1136

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 560
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.95754833912vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1140

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 561
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.95754833912vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1140

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 609
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.95774833912nom_jour( )../composer.php(48) : eval()'d code:1140
96.95774834064affdate_base( )../filtres.php:790
106.95774834064recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 619
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.95774833912nom_jour( )../composer.php(48) : eval()'d code:1140
96.95774834064affdate_base( )../filtres.php:790
106.95774834064recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 560
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.98815002216vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1142

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 561
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.98815002216vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1142

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 609
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.98825012456affdate( )../composer.php(48) : eval()'d code:1142
96.98835012532affdate_base( )../filtres.php:825
106.98835012604recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 619
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.98825012456affdate( )../composer.php(48) : eval()'d code:1142
96.98835012532affdate_base( )../filtres.php:825
106.98835012604recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/flock.php on line 60
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
86.98875012876recuperer_fond( )../composer.php(48) : eval()'d code:1145
96.98875013220inclure_page( )../assembler.php:399
106.98885014396public_parametrer_dist( )../assembler.php:233
117.01735015412public_composer_dist( )../parametrer.php:319
127.01995016136lire_fichier( )../composer.php:47

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/texte.php on line 1428
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
87.09975002168propre( )../composer.php(48) : eval()'d code:1150
97.09985002168traiter_raccourcis( )../texte.php:1525

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/texte.php on line 1428
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
87.86255016904BOUCLE_auteurshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1192
97.86455019128propre( )../composer.php(48) : eval()'d code:704
107.86455019128traiter_raccourcis( )../texte.php:1525

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/texte.php on line 1428
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
32.16971081420public_assembler_dist( )../public.php:99
42.16981081648assembler_page( )../assembler.php:60
54.81701698800public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
66.37214650512html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
76.95044797708BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
87.86615028516propre( )../composer.php(48) : eval()'d code:1213
97.86625028516traiter_raccourcis( )../texte.php:1525
ZOMBIE - LE REGIONALISME ET LA MONDIALISATION SONT-ILS DES PHENOMENES EXCLUSIFS ?

Accueil | Qui sommes-nous? | Liens dézombificateurs | Participez !! | FAQ | Admin

Zombie Zombie

Rechercher avec Scroogle:

zombiemedia.orgweb

ZOMBIE est un espace libre de discussion et de mise en commun d'informations et d'idées afin de contrer la désinformation, promouvoir la pensée critique et encourager l'action constructive.

Écrivez-nous à zombie [at] zombie.lautre.net

*Art et culture

*Droits et libertés

*Environnement

*Idéologies et religions

*Individus et société

*Médias

*Politique internationale

*Politiques nationales

*Science et technologie


( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/flock.php on line 60
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0380329188{main}( )../spip.php:0
22.1599942184include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
38.24295182988eval( ''?>\n\n \n \n ZOMBIE - LE REGIONALISME ET LA MONDIALISATION SONT-ILS DES PHENOMENES EXCLUSIFS ?\n \n \n \n \n \n \n \n \n \n \n \n \n \n\n \n\n\n \'fr\');\n\tinclude(\'squelettes/top.php3\');\n?>\n\n \n\n\n\n \'fr\');\n\tinclude(\'squelettes/gauche.php3\');\n?>\n\n\n
\n\n\n\t

Vous êtes ici :\n\t Accueil\n\t \n\t \n\t\t\n\t\t > Idéologies et religions\n\t \n\t > Néo-libéralisme et mondialisation des marchés\n\t \n\t

\n\n\n
\n\t \n

LE REGIONALISME ET LA MONDIALISATION SONT-ILS DES PHENOMENES EXCLUSIFS ?

\n \n\t
\n

mercredi 23 juin 2004, par Martial TCHENZETTE

\n
\n

Depuis 1990, date marquant la fin du duopole américain-soviétique, le monde vit un cessez-le feu idéologique. Si pour beaucoup d’auteurs, le monde est toujours à la recherche des paradigmes devant structurer le nouvel ordre international, on s’accorde du moins pour penser dans les pays industrialisés comme dans les pays pauvres, qu’une intégration plus poussée des économies à travers un renforcement des interconnexions et une unification des marchés serait l’idéal. Toutefois, si cette interdépendance est source d’efficacité et de croissance, il n’en demeure pas moins qu’elle est également porteuse de nouvelles préoccupations pour les acteurs régulateurs du jeu international : la recherche de la rationalisation de leurs échanges commerciaux extérieurs pour une meilleure insertion dans le nouvel ordre économique actuel ; la mobilisation des ressources pour soutenir leurs économies qui s’ouvrent à la concurrence ; la répartition équitable entre les acteurs sociaux des retombées de la mondialisation, etc. En outre, dans cette dynamique d’intégration globale, s’affirment aussi des ordres économiques régionaux : l’ Union Européenne ; la CEMAC ; La CEDEAO ; l’ ALENA ; le MERCOSUR ; etc. Deux faits justifient cette dynamique : La mondialisation est un élément de stratégie où les Etats se donnent les moyens de résister à l’effritement de leur hégémonie tout en faisant le contrepoids ; la régionalisation est une option qui permet de forger des modèles de développement originaux, ressort de stabilisation et une nouvelle méthode d’expression des petites économies en quête d’audience et de légitimité. Au vu de ce qui précède ,les liens entre mondialisation et régionalisation paraissant ambigus ,d’où la nécessité de préciser le sens de ces termes aussi bien sous un angle opérationnel que contextuel. Au plan historique déjà ,il convient de préciser que le « mondial »,au sens de relatif à la terre entière, apparaît en 1904, « mondialiser » en 1928 et ce n’est véritablement dans les dix dernières années que le terme « mondialisation »s’est imposé. En effet ,la mondialisation est un phénomène qui préconise selon Pascal Boniface la rupture des frontières et l’interdépendance entre les peuples1 d’où la notion de « citoyen du monde » bien véhiculée par le président français M.Jacques Chirac. L’intégration régionale quant à elle renvoie à un processus consistant à mettre ensemble plusieurs éléments en principe distincts mais qui présentent généralement certains points communs dans l’optique de renforcer leurs différents atouts2.Au plan opératoire, il sera question pour nous d’étudier la mesurabilité de nos différents concepts. Nous utiliserons à cet effet des indicateurs macro-économiques, nous prendrons aussi à référence certains textes juridiques réglementant l’intégration régionale dans un contexte de mondialisation .Le cadre théorique dans lequel nous avons centré notre analyse prend en compte le fonctionnalisme, l’interdépendance complexe mais aussi la théorie de la dépendance. Le fonctionnalisme sera présent dans notre étude avec l’apport combien considérable de David Mitrany3 pour qui le fonctionnalisme est étroitement lié à l’étude de l’intégration .Avec l’interdépendance complexe développée par James Rosenau, on pourra apprécier l’étendue même de la globalisation appliquée à l’intégration. La théorie de la dépendance que l’on retrouve chez Inis Claude ou encore chez Rosa Luxembourg, nous permettra de mieux prendre acte des inégalités que peuvent générer aussi bien la mondialisation que le phénomène de l’intégration. il devient nécessaire à partir de là de se demander si la régionalisation est un repli définitif visant à réduire la vulnérabilité face à une mondialisation peu connue dans ses contours, ou s’inscrit-elle davantage dans un processus préparant à un système multinational global .Autrement dit, l’attrait nouveau pour le régionalisme marque t-il un arrêt ou une pause dans le processus d’intégration mondiale ou constitue-t-il une étape ou un levier dans cette dynamique ?4.De cette problématique, découle deux hypothèses. Point n’est besoin de rappeler avec Manheim et Rich que l’hypothèse est un énoncé déclaratif précisant une relation anticipée et plausible entre des phénomènes observés ou imaginés. Comme première hypothèse, nous disons que l’intégration régionale est un facteur qui peut favoriser une meilleure insertion dans la mondialisation. Comme l’autre face du Janus, notre deuxième hypothèse stipule que l’intégration est une réponse aux inégalités mises en œuvre par la mondialisation. En ce qui concerne notre méthode de travail, nous n’avons eu égard aux contraintes temporelles ,mené qu’une recherche en bibliothèque. Sans vouloir adopter de prime abord une position tranchée, nous nous évertuerons à démontrer que le régionalisme est un pas décisif pour l’insertion dans la mondialisation (I) mais reste un pas de Sisyphe pour l’insertion des pays en voie de développement dans l’économie mondiale(II).

\n
\n\t

\n\n
\n\n\n\n
\n\n\n \n\t \n\t \n\n\n\n \n\t \n\t \n\n\n\n
\n

Auteur(s):

\n \n Martial TCHENZETTE\n
\n\t Je suis né le 27 juillet 1981 à Douala au Cameroun.je suis licencié en droit et sciences politiques de l’université de DSCHANG au Cameroun .Je suis aussi titulaire d`une maîtrise et d’un DESS en relations internationales de l`Institut des Relations Internationales du Cameroun et d`un diplome de second cycle en sciences politiques .Je suis par ailleurs en cycle de doctorat option droit international public à l’université de Douala au Cameroun.\nJ’essaie de concilier mon activité de chercheur à la profession de diplomate que j’exerce à la Direction des Affaires d’Amérique et des Caraïbes au Ministère des Relations Extérieures du Cameroun.J’ai été co-rédacteur de la page étrangère de la revue l’EQUATORIAL et expert en charge des questions africaines à la Radio Francophone Iranienne.\n\t

*autres articles du même auteur

\n\t \n
\n\n\n\n\t
\n\n\n\n
\n\n\n\n\n\n
\n\t

imprimerImprimer cet article

\n \n

I-LE REGIONALISME EST UN PAS DECISIF POUR L’INSERTION DANS LA \n MONDIALISATION.

\n\n

La mondialisation est également un processus qui annonce l’insertion du monde dans une nouvelle ère de pensées et d’actions5. Et à ce titre, l’intégration régionale tant par ses objectifs et ses formes que par les atouts dont elle dote les Etats qui s’y engagent, participe de ce processus.

\n\n

A-LES OBJECTIFS ET LES PHASES DE L’INTEGRATION REGIONALE COMME PARTICIPANT DE LA MONDIALISATION.

\n\n

L’intégration régionale recouvre un large spectre d’accords économiques et politiques entre Nations. Ces accords peuvent être formels ou non, bilatéraux ou multilatéraux, mais avec des objectifs précis et des phases qui concourent ou visent à préparer les Etats à la mondialisation.

\n\n

1-Les objectifs de l’intégration régionale.

\n\n

L’objectif principal de l’intégration régionale, quelque soit sa forme ou sa nature, est de promouvoir une libéralisation entre les parties présentes (l’intégration par le marché) et de contribuer aussi au développement économique de l’ensemble.\nOr cette libéralisation des marchés pour constituer des espaces d’échange plus viables et plus vastes, permet aussi aux Etats qui s’intègrent, d’accéder sans heurts au marché mondial où le jeu de la concurrence est le plus rude. Une économie qui y est mal préparée ne saurait y tirer son épingle du jeu. L’intégration permet donc à celle-ci, d’affronter et de s’habituer à l’économie de marché et au jeu de la concurrence. Or , les buts spécifiques de l’intégration sont précisément d’ :\n"- assurer l’accès à un marché plus large\n
- assurer la stabilité et la sécurité de l’accès au marché d’un partenaire commercial important\n
- améliorer la compétitivité internationale par une utilisation plus efficace des ressources ainsi que la suppression des obstacles structurels,\n
- promouvoir une coopération politique afin de réduire les tensions (...),\n
- réduire les déséquilibres commerciaux dans les relations bilatérales,\n
- se positionner en tant que "pays relais" dans la hiérarchie des nations (...),\n
- accroître le pouvoir de négociation du groupe et par là même de ses membres"6\n\tCes objectifs, parce que permettant un commerce équitable entre pays membres et y compris vis-à-vis des autres, comme c’est le cas dans la coopération ACP-Union Européenne, ne peut qu’amener ces Etats, à rentrer de plein pied dans la mondialisation qui est une intensification des échanges dans le monde, par le développement du commerce, des flux financiers et la mise en place des réseaux mondiaux d’information. Ceci parce que l’intégration permet à ces économies de sortir d’une logique étatique pour rentrer dans une logique d’ouverture. Cette transition , l’intégration l’a facilité en amont, puis en aval, il s’agit de la transition entre le marché intégré vers le marché global.\n\tc’est pourquoi force est de constater avec Daniel BACH que : " La spécificité du régionalisme africain procède d’une logique de mobilisation de la globalisation par des réseaux personnels dont l’activité contribue directement ou non à une déconstruction des rapports entre Etat et territoire.\n\tDans nombre de régions du monde, la montée du régionalisme va de pair avec des stratégies institutionnelles que recouvrent une réponse politique des Etats face à la mondialisation de l’économie". Toutefois, une analyse des phases de l’intégration, nous permettrait de soutenir cette affirmation avec plus d’arguments.

\n\n

2- Les phases de l’intégration régionale

\n\n

Selon Bernard CONTE, on peut distinguer six grands types d’accords commerciaux régionaux ; "La zone d’échanges préférentiels (qui) constitue une première étape dans la libéralisation des échanges. (...). La zone de libre-échange où les droits de douane et les restrictions quantitatives au commerce ce sont supprimés. Toutefois, chaque pays membre reste libre de sa propre politique douanière à l’égard des pays tiers. L’Union douanière est en fait une zone de libre-échange dotée d’un tarif extérieur commun et éventuellement comporte d’autres mesures à l’égard des pays tiers. Le marché commun est une Union douanière à laquelle s’ajoute la libre circulation des facteurs de production. (hommes et capitaux). L’Union économique est un marché commun caractérisé par la mise en œuvre de politique économiques harmonisées voire commune. L’intégration économique totale implique l’unification des politiques économiques, fiscales et sociales"7.\nD’un point de vue global, ces différentes étapes de l’intégration, apparaissent comme progressives, et échelonnées pour permettre aux pays membres de s’arrimer progressivement à la mondialisation où les éléments tels que la libre circulation des facteurs de production, l’existence de marché viables ou encore l’harmonisation des politiques en faveur de l’économie de marché et du capitalisme, sont des pré requis. A cet effet, on peut citer l’exemple d’une structure telle que l’ OHADA (l’organisation d’harmonisation en Afrique du Droit des Affaires) qui réunit des pays des sous-régions Afrique centrale et Afrique de l’Est, pour l’harmonisation de leur droit commercial. Bien plus, une fois arrivée à la dernière étape, qui est celle de l’intégration économique totale, les pays membres peuvent alors connaître une action heureuse dans la mondialisation car préparés à ses différentes facettes. Car face à la compétition qu’exige la mondialisation, surtout face aux inégalités de développement entre les Etats du monde, l’intégration constitue une bouée de sauvetage pour les pays en voie de développement qui ne peuvent aller à la mondialisation en rangs dispersés, au risque de n’y être que des spectateurs ou d’en subir les conséquences néfastes. A ce titre, l’intégration ne présente pas les mêmes avantages selon qu’elle s’applique à un pays sous-développé ou à un pays industrialisé. Ce qui nous amène à reconnaître que l’intégration est un atout complémentaire à la mondialisation.

\n\n

B - LE REGIONALISME COMME PHENOMENE COMPLEMENTAIRE A LA \n MONDIALISATION .

\n\n

L’intégration régionale et la mondialisation apparaissent aujourd’hui comme les deux faces des relations économiques internationales8. Parallèlement à la construction d’un univers économique globalisé, on observe des dynamiques d’intégration dans toutes les régions du monde. La mondialisation se présente comme une jungle, où les entités plus puissantes économiquement imposent leur loi. L’intégration régionale, en tant que regroupement des Etats géographiquement proches est un moyen pour ceux-ci de se préparer à affronter la mondialisation.

\n\n

1)-L’intégration régionale facteur d’industrialisation et de développement des\néchanges internationaux .

\n\n

Dans le but de favoriser l’intégration régionale, les Etats s’engagent à prendre une série de mesures. Celles-ci ont des répercussions sur les économies de la région et sur les échanges intra-régionaux. Il s’agit principalement de la réduction des tarifs douaniers, de l’effet d’expansion de la demande et de l’effet du tarif extérieur commun. La réduction des barrières tarifaires entraîne un plus grand essor du commerce communautaire. Le démantèlement progressif des barrières douanières permet la constitution d’un vaste ensemble de libre échange, ce que préfigure déjà la mondialisation.\nLes entreprises de la sous-région ont un marché plus vaste et font face à une concurrence plus importante. Elles seront ainsi obligées de renforcer leurs structures de production pour faire face à l’expansion de la demande. L’expansion des échanges régionaux due à la réduction des coûts des échanges peut conduire à une spécialisation sous-régionale et améliorer de ce fait la compétitivité des exportations extra régionales.\nL’intégration régionale, lorsqu’elle est bien menée permet aux entreprises de la communauté d’être plus organisées pour pouvoir affronter la concurrence internationale dans leurs propres régions et dans l’environnement international. Elle améliore également la qualité et la quantité des exportations régionales parce qu’elle permet une utilisation efficiente des facteurs de production et des ressources matérielles de la région.\nUne étude menée a montré que le MERCOSUR a servi de terrain d’entraînement pour l’insertion au marché mondial des économies de ce regroupement surtout celles qui sont plus puissantes comme le Brésil et l’Argentine. \nDans le cadre de la CEMAC, afin que l’intégration régionale puisse préparer la sous-région à affronter la globalisation, les pays membres doivent déterminer de manière claire les productions dans lesquelles ils peuvent se spécialiser afin de tirer profit de la libéralisation du commerce international. \nL’Union Européenne et l’ALENA,au regard de leurs textes constitutifs respectifs , constituent de véritables zones de libre échange. L’élargissement de l’Union Européenne vers l’Est élargit le marché européen de soixante quinze millions de consommateurs. Les entreprises européennes disposent ainsi d’un vaste marché et peuvent utiliser l’espace européen pour aller à la conquête du marché international9.\nAinsi, l’intégration régionale se présente comme étant « une pré condition… au marché mondial ». Les pays d’une région peuvent utiliser l’intégration régionale pour favoriser leur présence sur les marchés internationaux et profiter de leurs avantages comparatifs dans les échanges mondiaux.

\n\n

2)-L’intégration régionale au service de la mondialisation.

\n\n

D’un point de vue économique, la mondialisation se réfère « à une nouvelle\nphase de l’évolution de « économie - monde » capitaliste marquée par l’effondrement progressif des frontières nationales, le décloisonnement des marchés et la montée de nouveaux acteurs transnationaux qui font fi des frontières »10.\n\tIntégration régionale rime avec mondialisation car elle est caractérisée par une transformation de la nature des frontières étatiques : « Les dynamiques de régionalisation permettent de transcender les clivages et tensions politico-territoriales avivés par la guerre froide »11. Les frontières ne sont plus le signe de la division et de l’opposition entre les Etats. Elles deviennent des facteurs de coopération. Le meilleur exemple en la matière est l’Union Européenne qui avec le passeport Schengen a institutionnalisé la libre circulation des personnes au sein de la zone. L’intégration régionale a donc les mêmes objectifs que la mondialisation : l’abolition des frontières.\n\tL’une des caractéristiques de la mondialisation est la libre circulation des flux financiers. L’intégration régionale, à travers la création de vastes zones de libre échange attire plus facilement les investissements et favorise l’accumulation du capital. Les flux financiers circulent plus facilement et en quantité importante lorsqu’il y a des espaces homogènes de coopération économique. A titre d’exemple, suite à la création de l’ALENA, des investissements directs se sont orientés vers le Mexique pour profiter de son vaste marché de près de 380 000 000 d’habitants. De la même manière, suite à son adhésion à la Communauté Economique Européenne des investissements directs étranger se sont dirigés dans certains secteurs de l’économie britannique pour profiter du vaste marché qu’offre l’espace communautaire.\n\tUne intégration régionale bien menée conduit à la constitution de blocs commerciaux suffisamment intégrés. Cette intégration accroît de manière évidente le pouvoir de négociation de ces Etats dans les arènes internationales. L’Union Européenne, forte de ses économies de plus en plus intégrées et de sa puissance commerciale pèse d’un poids important dans les négociations internationales organisées dans le cadre de la mondialisation. Elle peut donc mieux défendre ses intérêts au sein de l’OMC. A travers l’intégration régionale, l’Afrique balkanisée et affaiblie peut parler d’une voix forte sur la scène internationale et mieux défendre ses intérêts pour que la mondialisation en cours lui soit moins défavorable.\nS’il est vrai que le régionalisme te la mondialisation forme un couple qui en interagissant contribue au développement de tous ceux qui les côtoie ,il faut tout de même rappeler que ce couple à bien d’égard revêt souvent l’image d’une réalité antinomique. Pour s’en convaincre ,il suffit de regarder l’impact à long terme de la mondialisation dans les PVD quand bien même ces derniers auraient choisi d’intégrer leurs économies ,leurs politiques…

\n\n

II-LE REGIONALISME RESTE NEANMOINS UN PAS DE SISYPHE POUR L’INSERTION DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT DANS L’ECONOMIE MONDIALE.

\n\n

La mondialisation, en marquant une nouvelle ère dans les relations internationales augure désormais une nouvelle manière de penser. C’est ce que certains ont qualifié de l’ère de la pensée unique. La pensée unique signifie que le monde est désormais un, mais surtout qu’en vertu de l’unité universelle, les inégalités entre citoyens du monde doivent se réduire. Or, en pratique tel n’est pas toujours le cas. Le phénomène de l’intégration régionale apparaît alors comme un palliatif aux méfaits de la mondialisation. C’est dire ainsi que la régionalisation participe de la dialectique globalisation - fragmentation (A). Au surplus, contrairement à l’idéologie prônée par la mondialisation, l’intégration aussi est parfois source d’inégalités (B).

\n\n

A-LE REGIONALISME PARTICIPE DE LA DIALECTIQUE GLOBALISATION - FRAGMENTATION.

\n\n

La globalisation qui renvoie initialement à une intégration des différentes unités politiques qui composent le monde, produit alors directement son contraire, c’est-à-dire la fragmentation de celui-ci, d’où le barbarisme « fragmegration » inventé par James ROSENAU. La fragmentation semble alors entraîner une émergence d’une dynamique intégrationnelle dont le rôle premier est de résister à la mondialisation.\nEn effet, selon Amélie BLOM et Frédéric CHARILLON dans Théories et concepts des relations internationales12, ce mécanisme s’opère par le jeu des revendications identitaires. On pense pouvoir se protéger de la machine à exclure qu’est la mondialisation, au mieux grâce au maintien au pire par la création des particularismes.\nA partir d’une possibilité d’étendre la portée de l’action politique à l’échelle mondiale, on en arrive à un repli sur le local. Le cadre perçu comme naturel se réduit considérablement, parfois jusqu’au micro-social, c’est le cas de la zone musulmane de Bosnie-Herzégovine, Ossétie du Sud, Abkhazie, Aceh, etc.\nIl est aisé de comprendre aujourd’hui l’ampleur du phénomène des replis identitaires. L’intégration semble ainsi s’éloigner de la mondialisation. Loin de l’unité culturelle, politique, économique et social, le monde traverse une diversité de plus en plus manifeste. Mondialisation et intégration sous un angle, ne ferait certainement pas bon ménage. Plusieurs organisations régionales ou sous-régionales se sont constituées par affinités, par particularisme. L’exception culturelle française que véhicule aujourd’hui la francophonie conforte notre point de vue en ce sens que le monde est de plus en plus divisé par des mouvements intégrateurs. L’exemple de la francophonie n’en est qu’un parmi tant d’autres. Il existe dans le monde des expériences politico-économiques nombreuses qui sont qualifiées « d’intégrations régionales »13 (plus de deux cents), sans qu’aucune similitude ne soit parfois observable entre elles ; il s’agit donc de définir le point à partir duquel on peut parler d’intégration régionale tout en prenant acte de la diversité des cas.\nPlusieurs approches systématiques et théoriques du phénomène de mondialisation ont été étudiées. C’est de là d’ailleurs qu’il ressort que ce phénomène s’observe sur le long terme. Il ne doit pas se confondre avec la fin de la guerre froide car en réalité il n’est pas né de cette dernière et ses effets ne sont pas encore tous observables. Néanmoins comme le laisse entendre Pierre de SENARCLENS dans Maîtriser la Mondialisation. La régulation sociale internationale, la fragmentation du monde qui se perçoit à travers "les intégrations issues de la désintégration de la mondialisation" est aujourd’hui bien réelle. Le souci de l’heure n’est plus vraiment de s’unir pour réussir mais plutôt de s’unir pour ne point périr. Si la langue française ne veut pas être asphyxiée par l’anglais, il faut que les pays ayant en partage l’usage du français se replient sur cette langue et donc s’opposent ou dans une moindre mesure limitent l’avancée de l’anglais.\nPourtant, ce n’est pas véritablement cela l’idéal de la mondialisation. Il est clair aujourd’hui que les replis identitaires que l’on observe de part et d’autres constituent de véritables entorses au processus de mondialisation. Le social, le politique, l’économie sont tant de facteurs qui démontrent à suffisance que l’intégration n’est pas une panacée. Comme le dit d’ailleurs James ROSENAU dans un article « The dynamics of globalization : towards an operational formulation » publié dans Security dialogue14, l’analyse de la globalisation produit autant de discours et de fantasmes qu’elle dégage de pistes de réflexions sérieuses. Il ne faut point en déduire par là que la mondialisation marque la fin définitive du cloisonnement interne - externe qu’avait voulu imposer la théorie réaliste la plus dure.\nDans cette logique ,l’on peut à l’évidence se rendre compte que la société internationale en s’intégrant ne se mondialise pas mais se divise et crée des inégalités entre les hommes. Une étude menée par BLOM et CHARILLON nous renseigne que les méfaits de la mondialisation sont bien réels sur les pays du tiers au monde où l’on voit les différents PIB et PNB baissés de plus de moitié. C’est là le second volet de la perception de l’intégration comme une entorse à la mondialisation.

\n\n

B. LE REGIONALISME, COMME GENERATRICE D’INEGALITES.

\n\n

Dans la mesure où la globalisation fournit des opportunités, des moyens nouveaux, à certaines régions plus qu’à d’autres, elle est productrice d’inégalités. Plus l’acteur est étatique, moins il est occidental et plus il aurait de chances d’être un oublié de la globalisation. Un Etat petit ou moyen qui ne serait pas parvenu à entrer dans les circuits commerciaux contrôlés par les grands blocs régionaux se verrait ainsi relégué au statut d’exclu de la scène mondiale, et sa population avec. D’où un risque de voir se développer, chez les populations victimes de ce type de frustration à la fois politique et sociale, un sentiment nationaliste parfois récupéré par des leaders populistes comme ce fut le cas avec la Malaisie, le Venezuela. La récupération de ce sentiment peut dés lors se faire autour d’un forum qui peut donner lieu à une intégration des oubliés de la mondialisation. Il s’agit en l’occurrence des alter-mondialistes que l’on retrouve à tous les grands sommets des pays développés. Ils étaient à Davos, à Gènes ,à Kananaskis… Cette inégalité tant décriée aujourd’hui tient du fait qu’à l’une des extrémités de la chaîne, on trouve des expériences régionales développées par les pays industrialisés. L’intégration constitue pour eux une ressource politique dans un processus plus vaste : celui de globalisation.La compétitivité qui s’installe entraîne désormais une très grande marginalisation des pays pauvres. Le Sud généralement présenté comme un ensemble de pays pauvres contrairement au Nord, même regroupés en Etats autour d’organisations ne saurait rivaliser avec le Nord. Pourtant, l’intégration dans la mondialisation doit plutôt être facteur de réduction des inégalités. On le sait, une organisation telle l’ECOWAS ne saurait véritablement pas faire le poids face à l’ALENA. Mais pour quelques organisations connues qui ont les moyens de s’organiser de la sorte, combien de tentatives d’intégration oubliées, avortées ou ineffectives, dont l’existence marque surtout une tentative de quelques Etats pour ne pas disparaître ? L’association d’Asie du Sud pour la coopération régionale (SAARC) fondée en 1985, la communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (CEAO) créée en 1974, l’ECOWAS (Economic community of West Africa States), le marché commun des caraïbes (Caricom), le Pacte andin ou d’autres expériences plus marginales, sont loin d’avoir pu pleinement profiter de l’intégration régionale pour se greffer sur la mondialisation économique. Plutôt, les pays concernés semblent voir en l’intégration un moyen de se protéger de cette dernière et des exclusions qu’elle génère. On découvre alors un autre aspect de l’intégration régionale : pensée en occident pour promouvoir la coopération, celle-ci sous d’autres latitudes, reflète aussi l’exclusion. Bien plus, certaines institutions, en s’intégrant projettent davantage d’entraver au développement des autres en élevant par exemple des barrières non tarifaires.On appelle barrière non-tarifaires, l’ensemble des mesures de politique commerciale, économique prise par un pays pour créer des inégalités entre les opérateurs économiques nationaux et étrangers. Il s’agit là de mesures quantitatives et qualitatives qui entravent le libre jeu du marché et créent un système de faveur pour les entreprises économiques locales. Certains appliquent le système de quota qui consiste à limiter quantitativement les produits devant entrer dans leur zone, d’autres préfèrent attribuer des subventions aux entreprises régionales et sous-régionales. Intégration dans ce sens signifie alors inégalités, ce qui est paradoxal à la mondialisation. Ces inégalités participent aussi de plusieurs mesures discriminatoires qui se retrouvent même à l’échelon sous-régionale. C’est ainsi par exemple qu’en Afrique centrale, les africains de la CEMAC ont des privilèges que n’ont pas les africains des autres sous-régions. La question que l’on serait en droit de se poser ou plutôt que l’on continue à se poser est celle du pourquoi. Qu’est ce qui pourrait justifier ce grand déséquilibre ?En guise de réponse, il faut admettre avec le Dr. GBETNKOM que les explications de ce déséquilibre peuvent être trouvées en partie dans les orientations des politiques commerciales adoptés dans les différents schémas d’intégration régionale15. \nAu Dr. GBETNKOM de poursuivre, l’UE a adopté dès sa naissance des politiques encourageant la promotion des exportations, celles-ci ayant favorisé le démantèlement rapide des barrières tarifaires intra-communautaires16.Par contre dans les PVD ,l’intégration régionale est née sous l’inspiration des théories développées par les auteurs tels que Singer(1950), Nurkse (1953) ,Rostow(1960) et Prebisch (1950) pour répondre à un besoin de substitution. Cette politique tournée essentiellement vers l’intérieur a juste aidé les pays membres des groupements d’échanges préférentiels à transférer les protections des économies individuelles au niveau régional mais a pérennisé l’infantilisme des industries existantes et découragé les flux d’investissements directs en provenance de l’extérieur17.\n\tAinsi, il faudrait retenir que cette vision simpliste qui tend à faire de l’intégration un atout pour une insertion dans la mondialisation doit être prise avec réserve. L’intégration nous l’avons montré est parfois un facteur de désintégration. Mais, au-delà , il faut admettre que le regroupement au sein d’une région, comme ressource peut permettre une réelle insertion dans la mondialisation. Ce d’autant plus que l’intégration, comme la d’ailleurs précisé Ernst Haas, dans The uniting of Europe political, Social and economic forces, peut être une étape vers la mondialisation.

\n\n

CONCLUSION

\n\n

A l’analyse, le mariage « Régionalisme et mondialisation » est une union souvent prétexte à des prises de positions hâtives. A la vérité, circonscrire une entreprise d’intégration régionale dans les catégories du seul refus de l’ouverture à l’autre différant de soi et de l’étranger lointain, est un réductionnisme intellectuel mais voir en la mondialisation une nécessaire panacée est un danger qu’il faudrait mieux éviter.\n\tEn guise de perspective, il nous revient de nous demander ce qu’il convient de faire pour que ce déséquilibre que l’on observe dans les PVD et particulièrement en Afrique puisse être rétabli ?Il faudrait que les africains acceptent de s’unir véritablement pour faire face à la concurrence internationale. Comme le soulignait déjà Bill GATES lui-même ,la mondialisation n’est pas avantageuse pour les paresseux. Des initiatives telles celle de Cancun sur le coton doivent être décuplées si l’on souhaite que l’Afrique décolle économiquement. Et, une chose est sure si l’économie est en mal, il ira de même pour la politique étant donné que l’économie tient la politique en état. Il est important de reprendre avec le président WADE que l’intégration peut être un facteur de compréhension important entre le Nord et l’Afrique18.Mais nous lui accordons justement le bénéfice du doute car cela ne peut être le cas que si ce qui est conçu théoriquement soit traduit dans les faits. Un commencement de cette concrétisation se perçoit déjà à travers les textes fondateurs du NOPADA19 même si ,il faut le préciser beaucoup de choses reste à faire concernant précisément l’intégration. L’intégration nous le savons, concerne aussi bien les marchandises que les personnes .Or ce qui s’est passé tout récemment en Guinée Equatoriale relativement à l’expulsion massive des camerounais laisse penser que l’appropriation des outils de l’intégration , pré-réquis à l’insertion dans la mondialisation n’est pas encore un acquis.

\n\n

- Bibliographie

\n\n

ACCT, Relation internationales et développement, Notes et documents Série : synthèse des \n sessions no 32

\n\n

BACH Daniel (dir)( 1998), régionalisation, mondialisation et fragmentation en Afrique \n subsaharienne, Paris ,karthala.

\n\n

BEN HAMMOUDA ,Hakim ,BEKOLO EBE, Bruno et TOUNA MAMA (2003),L’intégration régionale en Afrique Centrale, bilan et perspectives, Paris ,Karthala .

\n\n

BLOM, Amélie et CHARILLON, Frédéric(2002) ,Théories et concepts des relations internationales ,Paris, Puf.\nBONIFACE, Pascal (dir)( 2000),Lexique des relations internationales, Paris, la Découverte.

\n\n

CHAIGNEAU,Pascal, (dir)(1998), Dictionnaire des relations internationales, paris, Economica.

\n\n

CONTE ,Bernard(1995), « Régionalisme multilatéralisme (Europe. Afrique) et scénario pour l’ avenir », in Relations internationales et développement, Paris, ACCT.

\n\n

GBETNKOM ,Daniel(2003), « L’intégration régionale en Afrique centrale, bilan et perspectives »in intégration régionale en Afrique Centrale ,bilan et perspectives, Paris , Karthala, pp28.

\n\n

GBETNKOM, Daniel(2000) ,Régionalisation en Afrique et mondialisation :antinomie ou complémentarité ?,Centre d’Etudes et de Recherche en Economie et Gestion/Université de Yaoundé ,Premier colloque international Georges W.NGANGO ,Yaoundé, 26-27-28 février 2000.

\n\n

MITRANY, David(1943), Working peace system,nd.

\n\n

ROSENAU, James(2002) ,« The dynamics of globalization : towards an operational formulation » in Security dialogue ,pp78-90.

\n\n

De SENARCLENS, Pierre (1998),Maîtriser la Mondialisation. La régulation sociale Internationale ,Paris Seuil.

\n\n

TOUNA MAMA(1998), « La coopération économique régionales en Europe » in Relations \n internationales et développement,ACCT,pp50-76.

\n\n

VAISSE Maurice et al. (2000), Dictionnaire des relation internationales au 20ème siècle, Paris, Armand Colin.

\n\n\n\t \n \n

répondre Répondre à cet article

\n

envoyer Envoyer cet article

\n\t
\n\n\n

Vous avez aimé cet article ? Cliquez ici pour le recommander à Rezo.net, l\'Autre Portail.

\n\n\n\n \n\n
\n\n\n\n\n\n \'fr\');\n\tinclude(\'squelettes/pied.php3\');\n?>\n\n\n\n''
)
../public.php:177
48.32195188588include( '/var/alternc/html/z/zombie/squelettes/gauche.php3' )../public.php(177) : eval()'d code:34
58.32245190152include( '/var/alternc/html/z/zombie/inc-public.php3' )../gauche.php3:6
68.32285194324include( '/var/alternc/html/z/zombie/spip.php' )../inc-public.php3:5
78.32385252944include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
88.35495214648eval( ''?>\r\n\r\n
\r\n\r\n\r\n
\r\n
\r\n
\r\n

Rechercher avec Scroogle:

\r\n\r\n\r\n\r\nzombiemedia.orgweb\r\n
\r\n
\r\n
\r\n\r\n\r\n\r\n
\r\n\r\n

ZOMBIE est un espace libre de discussion et de mise en commun d\'informations et d\'idées afin de contrer la désinformation, promouvoir la pensée critique et encourager l\'action constructive.

\r\nÉcrivez-nous à zombie [at] zombie.lautre.net

\r\n
\r\n\r\n\r\n\r\n \r\n

*Art et culture

\r\n \r\n

*Droits et libertés

\r\n \r\n

*Environnement

\r\n \r\n

*Idéologies et religions

\r\n \r\n

*Individus et société

\r\n \r\n

*Médias

\r\n \r\n

*Politique internationale

\r\n \r\n

*Politiques nationales

\r\n \r\n

*Science et technologie

\r\n \r\n\r\n\r\n\r\n
\r\n\r\n
\r\n\r\n''
)
../public.php:27
98.36325285680inclure_balise_dynamique( )../public.php(27) : eval()'d code:54
108.36325286728inclure_page( )../assembler.php:263
118.42565292756public_parametrer_dist( )../assembler.php:233
128.42635293444public_composer_dist( )../parametrer.php:319
138.43135294184lire_fichier( )../composer.php:47
Vous inscrire sur ce site

L'espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Vous êtes ici : Accueil > Idéologies et religions > Néo-libéralisme et mondialisation des marchés

LE REGIONALISME ET LA MONDIALISATION SONT-ILS DES PHENOMENES EXCLUSIFS ?

mercredi 23 juin 2004, par Martial TCHENZETTE

Depuis 1990, date marquant la fin du duopole américain-soviétique, le monde vit un cessez-le feu idéologique. Si pour beaucoup d’auteurs, le monde est toujours à la recherche des paradigmes devant structurer le nouvel ordre international, on s’accorde du moins pour penser dans les pays industrialisés comme dans les pays pauvres, qu’une intégration plus poussée des économies à travers un renforcement des interconnexions et une unification des marchés serait l’idéal. Toutefois, si cette interdépendance est source d’efficacité et de croissance, il n’en demeure pas moins qu’elle est également porteuse de nouvelles préoccupations pour les acteurs régulateurs du jeu international : la recherche de la rationalisation de leurs échanges commerciaux extérieurs pour une meilleure insertion dans le nouvel ordre économique actuel ; la mobilisation des ressources pour soutenir leurs économies qui s’ouvrent à la concurrence ; la répartition équitable entre les acteurs sociaux des retombées de la mondialisation, etc. En outre, dans cette dynamique d’intégration globale, s’affirment aussi des ordres économiques régionaux : l’ Union Européenne ; la CEMAC ; La CEDEAO ; l’ ALENA ; le MERCOSUR ; etc. Deux faits justifient cette dynamique : La mondialisation est un élément de stratégie où les Etats se donnent les moyens de résister à l’effritement de leur hégémonie tout en faisant le contrepoids ; la régionalisation est une option qui permet de forger des modèles de développement originaux, ressort de stabilisation et une nouvelle méthode d’expression des petites économies en quête d’audience et de légitimité. Au vu de ce qui précède ,les liens entre mondialisation et régionalisation paraissant ambigus ,d’où la nécessité de préciser le sens de ces termes aussi bien sous un angle opérationnel que contextuel. Au plan historique déjà ,il convient de préciser que le « mondial »,au sens de relatif à la terre entière, apparaît en 1904, « mondialiser » en 1928 et ce n’est véritablement dans les dix dernières années que le terme « mondialisation »s’est imposé. En effet ,la mondialisation est un phénomène qui préconise selon Pascal Boniface la rupture des frontières et l’interdépendance entre les peuples1 d’où la notion de « citoyen du monde » bien véhiculée par le président français M.Jacques Chirac. L’intégration régionale quant à elle renvoie à un processus consistant à mettre ensemble plusieurs éléments en principe distincts mais qui présentent généralement certains points communs dans l’optique de renforcer leurs différents atouts2.Au plan opératoire, il sera question pour nous d’étudier la mesurabilité de nos différents concepts. Nous utiliserons à cet effet des indicateurs macro-économiques, nous prendrons aussi à référence certains textes juridiques réglementant l’intégration régionale dans un contexte de mondialisation .Le cadre théorique dans lequel nous avons centré notre analyse prend en compte le fonctionnalisme, l’interdépendance complexe mais aussi la théorie de la dépendance. Le fonctionnalisme sera présent dans notre étude avec l’apport combien considérable de David Mitrany3 pour qui le fonctionnalisme est étroitement lié à l’étude de l’intégration .Avec l’interdépendance complexe développée par James Rosenau, on pourra apprécier l’étendue même de la globalisation appliquée à l’intégration. La théorie de la dépendance que l’on retrouve chez Inis Claude ou encore chez Rosa Luxembourg, nous permettra de mieux prendre acte des inégalités que peuvent générer aussi bien la mondialisation que le phénomène de l’intégration. il devient nécessaire à partir de là de se demander si la régionalisation est un repli définitif visant à réduire la vulnérabilité face à une mondialisation peu connue dans ses contours, ou s’inscrit-elle davantage dans un processus préparant à un système multinational global .Autrement dit, l’attrait nouveau pour le régionalisme marque t-il un arrêt ou une pause dans le processus d’intégration mondiale ou constitue-t-il une étape ou un levier dans cette dynamique ?4.De cette problématique, découle deux hypothèses. Point n’est besoin de rappeler avec Manheim et Rich que l’hypothèse est un énoncé déclaratif précisant une relation anticipée et plausible entre des phénomènes observés ou imaginés. Comme première hypothèse, nous disons que l’intégration régionale est un facteur qui peut favoriser une meilleure insertion dans la mondialisation. Comme l’autre face du Janus, notre deuxième hypothèse stipule que l’intégration est une réponse aux inégalités mises en œuvre par la mondialisation. En ce qui concerne notre méthode de travail, nous n’avons eu égard aux contraintes temporelles ,mené qu’une recherche en bibliothèque. Sans vouloir adopter de prime abord une position tranchée, nous nous évertuerons à démontrer que le régionalisme est un pas décisif pour l’insertion dans la mondialisation (I) mais reste un pas de Sisyphe pour l’insertion des pays en voie de développement dans l’économie mondiale(II).

..::Rubrique::..

Néo-libéralisme et mondialisation des marchés

Récents articles dans cette rubrique

* Developing Countries at Doha Round : WTO misconceptions
* Un nouveau colonialisme
* L’argent fait-il le bonheur ?
* LA MONDIALISATION EN AFRIQUE
* PARLONS INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES...

TYPE D'ARTICLE

Théorie

Récents articles du même type

* Non Watson ! Les « Blancs » ne sont pas plus intelligents que les « Noirs ».
* Nelson Mandela : le combat d’une vie
* Gandhi. Un rêve, un combat : la liberté
* Liberté politique : le cas des Patriotes
* Iroquois : la liberté à tout prix

Récentes brèves du même type

* Une « soupe » de débris couvre deux fois la superficie des États-Unis
* Écologique, l’éthanol ?
* Réduction des méfaits pour les prostituées légales australiennes
* Ressources pour comprendre le rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat
* Les bienfaits des limites de vitesse plus élevées

Auteur(s):

Martial TCHENZETTE
Je suis né le 27 juillet 1981 à Douala au Cameroun.je suis licencié en droit et sciences politiques de l’université de DSCHANG au Cameroun .Je suis aussi titulaire d`une maîtrise et d’un DESS en relations internationales de l`Institut des Relations Internationales du Cameroun et d`un diplome de second cycle en sciences politiques .Je suis par ailleurs en cycle de doctorat option droit international public à l’université de Douala au Cameroun. J’essaie de concilier mon activité de chercheur à la profession de diplomate que j’exerce à la Direction des Affaires d’Amérique et des Caraïbes au Ministère des Relations Extérieures du Cameroun.J’ai été co-rédacteur de la page étrangère de la revue l’EQUATORIAL et expert en charge des questions africaines à la Radio Francophone Iranienne.

*autres articles du même auteur

imprimerImprimer cet article

I-LE REGIONALISME EST UN PAS DECISIF POUR L’INSERTION DANS LA MONDIALISATION.

La mondialisation est également un processus qui annonce l’insertion du monde dans une nouvelle ère de pensées et d’actions5. Et à ce titre, l’intégration régionale tant par ses objectifs et ses formes que par les atouts dont elle dote les Etats qui s’y engagent, participe de ce processus.

A-LES OBJECTIFS ET LES PHASES DE L’INTEGRATION REGIONALE COMME PARTICIPANT DE LA MONDIALISATION.

L’intégration régionale recouvre un large spectre d’accords économiques et politiques entre Nations. Ces accords peuvent être formels ou non, bilatéraux ou multilatéraux, mais avec des objectifs précis et des phases qui concourent ou visent à préparer les Etats à la mondialisation.

1-Les objectifs de l’intégration régionale.

L’objectif principal de l’intégration régionale, quelque soit sa forme ou sa nature, est de promouvoir une libéralisation entre les parties présentes (l’intégration par le marché) et de contribuer aussi au développement économique de l’ensemble. Or cette libéralisation des marchés pour constituer des espaces d’échange plus viables et plus vastes, permet aussi aux Etats qui s’intègrent, d’accéder sans heurts au marché mondial où le jeu de la concurrence est le plus rude. Une économie qui y est mal préparée ne saurait y tirer son épingle du jeu. L’intégration permet donc à celle-ci, d’affronter et de s’habituer à l’économie de marché et au jeu de la concurrence. Or , les buts spécifiques de l’intégration sont précisément d’ : "- assurer l’accès à un marché plus large
- assurer la stabilité et la sécurité de l’accès au marché d’un partenaire commercial important
- améliorer la compétitivité internationale par une utilisation plus efficace des ressources ainsi que la suppression des obstacles structurels,
- promouvoir une coopération politique afin de réduire les tensions (...),
- réduire les déséquilibres commerciaux dans les relations bilatérales,
- se positionner en tant que "pays relais" dans la hiérarchie des nations (...),
- accroître le pouvoir de négociation du groupe et par là même de ses membres"6 Ces objectifs, parce que permettant un commerce équitable entre pays membres et y compris vis-à-vis des autres, comme c’est le cas dans la coopération ACP-Union Européenne, ne peut qu’amener ces Etats, à rentrer de plein pied dans la mondialisation qui est une intensification des échanges dans le monde, par le développement du commerce, des flux financiers et la mise en place des réseaux mondiaux d’information. Ceci parce que l’intégration permet à ces économies de sortir d’une logique étatique pour rentrer dans une logique d’ouverture. Cette transition , l’intégration l’a facilité en amont, puis en aval, il s’agit de la transition entre le marché intégré vers le marché global. c’est pourquoi force est de constater avec Daniel BACH que : " La spécificité du régionalisme africain procède d’une logique de mobilisation de la globalisation par des réseaux personnels dont l’activité contribue directement ou non à une déconstruction des rapports entre Etat et territoire. Dans nombre de régions du monde, la montée du régionalisme va de pair avec des stratégies institutionnelles que recouvrent une réponse politique des Etats face à la mondialisation de l’économie". Toutefois, une analyse des phases de l’intégration, nous permettrait de soutenir cette affirmation avec plus d’arguments.

2- Les phases de l’intégration régionale

Selon Bernard CONTE, on peut distinguer six grands types d’accords commerciaux régionaux ; "La zone d’échanges préférentiels (qui) constitue une première étape dans la libéralisation des échanges. (...). La zone de libre-échange où les droits de douane et les restrictions quantitatives au commerce ce sont supprimés. Toutefois, chaque pays membre reste libre de sa propre politique douanière à l’égard des pays tiers. L’Union douanière est en fait une zone de libre-échange dotée d’un tarif extérieur commun et éventuellement comporte d’autres mesures à l’égard des pays tiers. Le marché commun est une Union douanière à laquelle s’ajoute la libre circulation des facteurs de production. (hommes et capitaux). L’Union économique est un marché commun caractérisé par la mise en œuvre de politique économiques harmonisées voire commune. L’intégration économique totale implique l’unification des politiques économiques, fiscales et sociales"7. D’un point de vue global, ces différentes étapes de l’intégration, apparaissent comme progressives, et échelonnées pour permettre aux pays membres de s’arrimer progressivement à la mondialisation où les éléments tels que la libre circulation des facteurs de production, l’existence de marché viables ou encore l’harmonisation des politiques en faveur de l’économie de marché et du capitalisme, sont des pré requis. A cet effet, on peut citer l’exemple d’une structure telle que l’ OHADA (l’organisation d’harmonisation en Afrique du Droit des Affaires) qui réunit des pays des sous-régions Afrique centrale et Afrique de l’Est, pour l’harmonisation de leur droit commercial. Bien plus, une fois arrivée à la dernière étape, qui est celle de l’intégration économique totale, les pays membres peuvent alors connaître une action heureuse dans la mondialisation car préparés à ses différentes facettes. Car face à la compétition qu’exige la mondialisation, surtout face aux inégalités de développement entre les Etats du monde, l’intégration constitue une bouée de sauvetage pour les pays en voie de développement qui ne peuvent aller à la mondialisation en rangs dispersés, au risque de n’y être que des spectateurs ou d’en subir les conséquences néfastes. A ce titre, l’intégration ne présente pas les mêmes avantages selon qu’elle s’applique à un pays sous-développé ou à un pays industrialisé. Ce qui nous amène à reconnaître que l’intégration est un atout complémentaire à la mondialisation.

B - LE REGIONALISME COMME PHENOMENE COMPLEMENTAIRE A LA MONDIALISATION .

L’intégration régionale et la mondialisation apparaissent aujourd’hui comme les deux faces des relations économiques internationales8. Parallèlement à la construction d’un univers économique globalisé, on observe des dynamiques d’intégration dans toutes les régions du monde. La mondialisation se présente comme une jungle, où les entités plus puissantes économiquement imposent leur loi. L’intégration régionale, en tant que regroupement des Etats géographiquement proches est un moyen pour ceux-ci de se préparer à affronter la mondialisation.

1)-L’intégration régionale facteur d’industrialisation et de développement des échanges internationaux .

Dans le but de favoriser l’intégration régionale, les Etats s’engagent à prendre une série de mesures. Celles-ci ont des répercussions sur les économies de la région et sur les échanges intra-régionaux. Il s’agit principalement de la réduction des tarifs douaniers, de l’effet d’expansion de la demande et de l’effet du tarif extérieur commun. La réduction des barrières tarifaires entraîne un plus grand essor du commerce communautaire. Le démantèlement progressif des barrières douanières permet la constitution d’un vaste ensemble de libre échange, ce que préfigure déjà la mondialisation. Les entreprises de la sous-région ont un marché plus vaste et font face à une concurrence plus importante. Elles seront ainsi obligées de renforcer leurs structures de production pour faire face à l’expansion de la demande. L’expansion des échanges régionaux due à la réduction des coûts des échanges peut conduire à une spécialisation sous-régionale et améliorer de ce fait la compétitivité des exportations extra régionales. L’intégration régionale, lorsqu’elle est bien menée permet aux entreprises de la communauté d’être plus organisées pour pouvoir affronter la concurrence internationale dans leurs propres régions et dans l’environnement international. Elle améliore également la qualité et la quantité des exportations régionales parce qu’elle permet une utilisation efficiente des facteurs de production et des ressources matérielles de la région. Une étude menée a montré que le MERCOSUR a servi de terrain d’entraînement pour l’insertion au marché mondial des économies de ce regroupement surtout celles qui sont plus puissantes comme le Brésil et l’Argentine. Dans le cadre de la CEMAC, afin que l’intégration régionale puisse préparer la sous-région à affronter la globalisation, les pays membres doivent déterminer de manière claire les productions dans lesquelles ils peuvent se spécialiser afin de tirer profit de la libéralisation du commerce international. L’Union Européenne et l’ALENA,au regard de leurs textes constitutifs respectifs , constituent de véritables zones de libre échange. L’élargissement de l’Union Européenne vers l’Est élargit le marché européen de soixante quinze millions de consommateurs. Les entreprises européennes disposent ainsi d’un vaste marché et peuvent utiliser l’espace européen pour aller à la conquête du marché international9. Ainsi, l’intégration régionale se présente comme étant « une pré condition… au marché mondial ». Les pays d’une région peuvent utiliser l’intégration régionale pour favoriser leur présence sur les marchés internationaux et profiter de leurs avantages comparatifs dans les échanges mondiaux.

2)-L’intégration régionale au service de la mondialisation.

D’un point de vue économique, la mondialisation se réfère « à une nouvelle phase de l’évolution de « économie - monde » capitaliste marquée par l’effondrement progressif des frontières nationales, le décloisonnement des marchés et la montée de nouveaux acteurs transnationaux qui font fi des frontières »10. Intégration régionale rime avec mondialisation car elle est caractérisée par une transformation de la nature des frontières étatiques : « Les dynamiques de régionalisation permettent de transcender les clivages et tensions politico-territoriales avivés par la guerre froide »11. Les frontières ne sont plus le signe de la division et de l’opposition entre les Etats. Elles deviennent des facteurs de coopération. Le meilleur exemple en la matière est l’Union Européenne qui avec le passeport Schengen a institutionnalisé la libre circulation des personnes au sein de la zone. L’intégration régionale a donc les mêmes objectifs que la mondialisation : l’abolition des frontières. L’une des caractéristiques de la mondialisation est la libre circulation des flux financiers. L’intégration régionale, à travers la création de vastes zones de libre échange attire plus facilement les investissements et favorise l’accumulation du capital. Les flux financiers circulent plus facilement et en quantité importante lorsqu’il y a des espaces homogènes de coopération économique. A titre d’exemple, suite à la création de l’ALENA, des investissements directs se sont orientés vers le Mexique pour profiter de son vaste marché de près de 380 000 000 d’habitants. De la même manière, suite à son adhésion à la Communauté Economique Européenne des investissements directs étranger se sont dirigés dans certains secteurs de l’économie britannique pour profiter du vaste marché qu’offre l’espace communautaire. Une intégration régionale bien menée conduit à la constitution de blocs commerciaux suffisamment intégrés. Cette intégration accroît de manière évidente le pouvoir de négociation de ces Etats dans les arènes internationales. L’Union Européenne, forte de ses économies de plus en plus intégrées et de sa puissance commerciale pèse d’un poids important dans les négociations internationales organisées dans le cadre de la mondialisation. Elle peut donc mieux défendre ses intérêts au sein de l’OMC. A travers l’intégration régionale, l’Afrique balkanisée et affaiblie peut parler d’une voix forte sur la scène internationale et mieux défendre ses intérêts pour que la mondialisation en cours lui soit moins défavorable. S’il est vrai que le régionalisme te la mondialisation forme un couple qui en interagissant contribue au développement de tous ceux qui les côtoie ,il faut tout de même rappeler que ce couple à bien d’égard revêt souvent l’image d’une réalité antinomique. Pour s’en convaincre ,il suffit de regarder l’impact à long terme de la mondialisation dans les PVD quand bien même ces derniers auraient choisi d’intégrer leurs économies ,leurs politiques…

II-LE REGIONALISME RESTE NEANMOINS UN PAS DE SISYPHE POUR L’INSERTION DES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT DANS L’ECONOMIE MONDIALE.

La mondialisation, en marquant une nouvelle ère dans les relations internationales augure désormais une nouvelle manière de penser. C’est ce que certains ont qualifié de l’ère de la pensée unique. La pensée unique signifie que le monde est désormais un, mais surtout qu’en vertu de l’unité universelle, les inégalités entre citoyens du monde doivent se réduire. Or, en pratique tel n’est pas toujours le cas. Le phénomène de l’intégration régionale apparaît alors comme un palliatif aux méfaits de la mondialisation. C’est dire ainsi que la régionalisation participe de la dialectique globalisation - fragmentation (A). Au surplus, contrairement à l’idéologie prônée par la mondialisation, l’intégration aussi est parfois source d’inégalités (B).

A-LE REGIONALISME PARTICIPE DE LA DIALECTIQUE GLOBALISATION - FRAGMENTATION.

La globalisation qui renvoie initialement à une intégration des différentes unités politiques qui composent le monde, produit alors directement son contraire, c’est-à-dire la fragmentation de celui-ci, d’où le barbarisme « fragmegration » inventé par James ROSENAU. La fragmentation semble alors entraîner une émergence d’une dynamique intégrationnelle dont le rôle premier est de résister à la mondialisation. En effet, selon Amélie BLOM et Frédéric CHARILLON dans Théories et concepts des relations internationales12, ce mécanisme s’opère par le jeu des revendications identitaires. On pense pouvoir se protéger de la machine à exclure qu’est la mondialisation, au mieux grâce au maintien au pire par la création des particularismes. A partir d’une possibilité d’étendre la portée de l’action politique à l’échelle mondiale, on en arrive à un repli sur le local. Le cadre perçu comme naturel se réduit considérablement, parfois jusqu’au micro-social, c’est le cas de la zone musulmane de Bosnie-Herzégovine, Ossétie du Sud, Abkhazie, Aceh, etc. Il est aisé de comprendre aujourd’hui l’ampleur du phénomène des replis identitaires. L’intégration semble ainsi s’éloigner de la mondialisation. Loin de l’unité culturelle, politique, économique et social, le monde traverse une diversité de plus en plus manifeste. Mondialisation et intégration sous un angle, ne ferait certainement pas bon ménage. Plusieurs organisations régionales ou sous-régionales se sont constituées par affinités, par particularisme. L’exception culturelle française que véhicule aujourd’hui la francophonie conforte notre point de vue en ce sens que le monde est de plus en plus divisé par des mouvements intégrateurs. L’exemple de la francophonie n’en est qu’un parmi tant d’autres. Il existe dans le monde des expériences politico-économiques nombreuses qui sont qualifiées « d’intégrations régionales »13 (plus de deux cents), sans qu’aucune similitude ne soit parfois observable entre elles ; il s’agit donc de définir le point à partir duquel on peut parler d’intégration régionale tout en prenant acte de la diversité des cas. Plusieurs approches systématiques et théoriques du phénomène de mondialisation ont été étudiées. C’est de là d’ailleurs qu’il ressort que ce phénomène s’observe sur le long terme. Il ne doit pas se confondre avec la fin de la guerre froide car en réalité il n’est pas né de cette dernière et ses effets ne sont pas encore tous observables. Néanmoins comme le laisse entendre Pierre de SENARCLENS dans Maîtriser la Mondialisation. La régulation sociale internationale, la fragmentation du monde qui se perçoit à travers "les intégrations issues de la désintégration de la mondialisation" est aujourd’hui bien réelle. Le souci de l’heure n’est plus vraiment de s’unir pour réussir mais plutôt de s’unir pour ne point périr. Si la langue française ne veut pas être asphyxiée par l’anglais, il faut que les pays ayant en partage l’usage du français se replient sur cette langue et donc s’opposent ou dans une moindre mesure limitent l’avancée de l’anglais. Pourtant, ce n’est pas véritablement cela l’idéal de la mondialisation. Il est clair aujourd’hui que les replis identitaires que l’on observe de part et d’autres constituent de véritables entorses au processus de mondialisation. Le social, le politique, l’économie sont tant de facteurs qui démontrent à suffisance que l’intégration n’est pas une panacée. Comme le dit d’ailleurs James ROSENAU dans un article « The dynamics of globalization : towards an operational formulation » publié dans Security dialogue14, l’analyse de la globalisation produit autant de discours et de fantasmes qu’elle dégage de pistes de réflexions sérieuses. Il ne faut point en déduire par là que la mondialisation marque la fin définitive du cloisonnement interne - externe qu’avait voulu imposer la théorie réaliste la plus dure. Dans cette logique ,l’on peut à l’évidence se rendre compte que la société internationale en s’intégrant ne se mondialise pas mais se divise et crée des inégalités entre les hommes. Une étude menée par BLOM et CHARILLON nous renseigne que les méfaits de la mondialisation sont bien réels sur les pays du tiers au monde où l’on voit les différents PIB et PNB baissés de plus de moitié. C’est là le second volet de la perception de l’intégration comme une entorse à la mondialisation.

B. LE REGIONALISME, COMME GENERATRICE D’INEGALITES.

Dans la mesure où la globalisation fournit des opportunités, des moyens nouveaux, à certaines régions plus qu’à d’autres, elle est productrice d’inégalités. Plus l’acteur est étatique, moins il est occidental et plus il aurait de chances d’être un oublié de la globalisation. Un Etat petit ou moyen qui ne serait pas parvenu à entrer dans les circuits commerciaux contrôlés par les grands blocs régionaux se verrait ainsi relégué au statut d’exclu de la scène mondiale, et sa population avec. D’où un risque de voir se développer, chez les populations victimes de ce type de frustration à la fois politique et sociale, un sentiment nationaliste parfois récupéré par des leaders populistes comme ce fut le cas avec la Malaisie, le Venezuela. La récupération de ce sentiment peut dés lors se faire autour d’un forum qui peut donner lieu à une intégration des oubliés de la mondialisation. Il s’agit en l’occurrence des alter-mondialistes que l’on retrouve à tous les grands sommets des pays développés. Ils étaient à Davos, à Gènes ,à Kananaskis… Cette inégalité tant décriée aujourd’hui tient du fait qu’à l’une des extrémités de la chaîne, on trouve des expériences régionales développées par les pays industrialisés. L’intégration constitue pour eux une ressource politique dans un processus plus vaste : celui de globalisation.La compétitivité qui s’installe entraîne désormais une très grande marginalisation des pays pauvres. Le Sud généralement présenté comme un ensemble de pays pauvres contrairement au Nord, même regroupés en Etats autour d’organisations ne saurait rivaliser avec le Nord. Pourtant, l’intégration dans la mondialisation doit plutôt être facteur de réduction des inégalités. On le sait, une organisation telle l’ECOWAS ne saurait véritablement pas faire le poids face à l’ALENA. Mais pour quelques organisations connues qui ont les moyens de s’organiser de la sorte, combien de tentatives d’intégration oubliées, avortées ou ineffectives, dont l’existence marque surtout une tentative de quelques Etats pour ne pas disparaître ? L’association d’Asie du Sud pour la coopération régionale (SAARC) fondée en 1985, la communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (CEAO) créée en 1974, l’ECOWAS (Economic community of West Africa States), le marché commun des caraïbes (Caricom), le Pacte andin ou d’autres expériences plus marginales, sont loin d’avoir pu pleinement profiter de l’intégration régionale pour se greffer sur la mondialisation économique. Plutôt, les pays concernés semblent voir en l’intégration un moyen de se protéger de cette dernière et des exclusions qu’elle génère. On découvre alors un autre aspect de l’intégration régionale : pensée en occident pour promouvoir la coopération, celle-ci sous d’autres latitudes, reflète aussi l’exclusion. Bien plus, certaines institutions, en s’intégrant projettent davantage d’entraver au développement des autres en élevant par exemple des barrières non tarifaires.On appelle barrière non-tarifaires, l’ensemble des mesures de politique commerciale, économique prise par un pays pour créer des inégalités entre les opérateurs économiques nationaux et étrangers. Il s’agit là de mesures quantitatives et qualitatives qui entravent le libre jeu du marché et créent un système de faveur pour les entreprises économiques locales. Certains appliquent le système de quota qui consiste à limiter quantitativement les produits devant entrer dans leur zone, d’autres préfèrent attribuer des subventions aux entreprises régionales et sous-régionales. Intégration dans ce sens signifie alors inégalités, ce qui est paradoxal à la mondialisation. Ces inégalités participent aussi de plusieurs mesures discriminatoires qui se retrouvent même à l’échelon sous-régionale. C’est ainsi par exemple qu’en Afrique centrale, les africains de la CEMAC ont des privilèges que n’ont pas les africains des autres sous-régions. La question que l’on serait en droit de se poser ou plutôt que l’on continue à se poser est celle du pourquoi. Qu’est ce qui pourrait justifier ce grand déséquilibre ?En guise de réponse, il faut admettre avec le Dr. GBETNKOM que les explications de ce déséquilibre peuvent être trouvées en partie dans les orientations des politiques commerciales adoptés dans les différents schémas d’intégration régionale15. Au Dr. GBETNKOM de poursuivre, l’UE a adopté dès sa naissance des politiques encourageant la promotion des exportations, celles-ci ayant favorisé le démantèlement rapide des barrières tarifaires intra-communautaires16.Par contre dans les PVD ,l’intégration régionale est née sous l’inspiration des théories développées par les auteurs tels que Singer(1950), Nurkse (1953) ,Rostow(1960) et Prebisch (1950) pour répondre à un besoin de substitution. Cette politique tournée essentiellement vers l’intérieur a juste aidé les pays membres des groupements d’échanges préférentiels à transférer les protections des économies individuelles au niveau régional mais a pérennisé l’infantilisme des industries existantes et découragé les flux d’investissements directs en provenance de l’extérieur17. Ainsi, il faudrait retenir que cette vision simpliste qui tend à faire de l’intégration un atout pour une insertion dans la mondialisation doit être prise avec réserve. L’intégration nous l’avons montré est parfois un facteur de désintégration. Mais, au-delà , il faut admettre que le regroupement au sein d’une région, comme ressource peut permettre une réelle insertion dans la mondialisation. Ce d’autant plus que l’intégration, comme la d’ailleurs précisé Ernst Haas, dans The uniting of Europe political, Social and economic forces, peut être une étape vers la mondialisation.

CONCLUSION

A l’analyse, le mariage « Régionalisme et mondialisation » est une union souvent prétexte à des prises de positions hâtives. A la vérité, circonscrire une entreprise d’intégration régionale dans les catégories du seul refus de l’ouverture à l’autre différant de soi et de l’étranger lointain, est un réductionnisme intellectuel mais voir en la mondialisation une nécessaire panacée est un danger qu’il faudrait mieux éviter. En guise de perspective, il nous revient de nous demander ce qu’il convient de faire pour que ce déséquilibre que l’on observe dans les PVD et particulièrement en Afrique puisse être rétabli ?Il faudrait que les africains acceptent de s’unir véritablement pour faire face à la concurrence internationale. Comme le soulignait déjà Bill GATES lui-même ,la mondialisation n’est pas avantageuse pour les paresseux. Des initiatives telles celle de Cancun sur le coton doivent être décuplées si l’on souhaite que l’Afrique décolle économiquement. Et, une chose est sure si l’économie est en mal, il ira de même pour la politique étant donné que l’économie tient la politique en état. Il est important de reprendre avec le président WADE que l’intégration peut être un facteur de compréhension important entre le Nord et l’Afrique18.Mais nous lui accordons justement le bénéfice du doute car cela ne peut être le cas que si ce qui est conçu théoriquement soit traduit dans les faits. Un commencement de cette concrétisation se perçoit déjà à travers les textes fondateurs du NOPADA19 même si ,il faut le préciser beaucoup de choses reste à faire concernant précisément l’intégration. L’intégration nous le savons, concerne aussi bien les marchandises que les personnes .Or ce qui s’est passé tout récemment en Guinée Equatoriale relativement à l’expulsion massive des camerounais laisse penser que l’appropriation des outils de l’intégration , pré-réquis à l’insertion dans la mondialisation n’est pas encore un acquis.

- Bibliographie

ACCT, Relation internationales et développement, Notes et documents Série : synthèse des sessions no 32

BACH Daniel (dir)( 1998), régionalisation, mondialisation et fragmentation en Afrique subsaharienne, Paris ,karthala.

BEN HAMMOUDA ,Hakim ,BEKOLO EBE, Bruno et TOUNA MAMA (2003),L’intégration régionale en Afrique Centrale, bilan et perspectives, Paris ,Karthala .

BLOM, Amélie et CHARILLON, Frédéric(2002) ,Théories et concepts des relations internationales ,Paris, Puf. BONIFACE, Pascal (dir)( 2000),Lexique des relations internationales, Paris, la Découverte.

CHAIGNEAU,Pascal, (dir)(1998), Dictionnaire des relations internationales, paris, Economica.

CONTE ,Bernard(1995), « Régionalisme multilatéralisme (Europe. Afrique) et scénario pour l’ avenir », in Relations internationales et développement, Paris, ACCT.

GBETNKOM ,Daniel(2003), « L’intégration régionale en Afrique centrale, bilan et perspectives »in intégration régionale en Afrique Centrale ,bilan et perspectives, Paris , Karthala, pp28.

GBETNKOM, Daniel(2000) ,Régionalisation en Afrique et mondialisation :antinomie ou complémentarité ?,Centre d’Etudes et de Recherche en Economie et Gestion/Université de Yaoundé ,Premier colloque international Georges W.NGANGO ,Yaoundé, 26-27-28 février 2000.

MITRANY, David(1943), Working peace system,nd.

ROSENAU, James(2002) ,« The dynamics of globalization : towards an operational formulation » in Security dialogue ,pp78-90.

De SENARCLENS, Pierre (1998),Maîtriser la Mondialisation. La régulation sociale Internationale ,Paris Seuil.

TOUNA MAMA(1998), « La coopération économique régionales en Europe » in Relations internationales et développement,ACCT,pp50-76.

VAISSE Maurice et al. (2000), Dictionnaire des relation internationales au 20ème siècle, Paris, Armand Colin.

répondre Répondre à cet article

envoyer Envoyer cet article

Vous avez aimé cet article ? Cliquez ici pour le recommander à Rezo.net, l'Autre Portail.


HAUT | Accueil | Qui sommes-nous? | Liens dézombificateurs | Zone Ouverte de Discussions | Participez !! | FAQ | Admin

xml SYNDICATION | ARTICLES POPULAIRES & VISITÉS | PLAN | ÉDITION EN MODE TXT | TOUS LES RÉDACTEURS

Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP logiciel libre sous license GNU/GPL

Creative Commons License Le matériel publié sur ce site est soumis à cette license de Creative Commons