( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/lang.php on line 32
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.09351276780charger_fonction( )../assembler.php:133
60.09351277168include_spip( )../utils.php:45
70.09691370524include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public/parametrer.php' )../utils.php:82
80.09841421776include_spip( )../parametrer.php:20
90.10211527548include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/lang.php' )../utils.php:82
100.10861625436utiliser_langue_site( )../lang.php:367
110.10861625436changer_langue( )../lang.php:279

( ! ) Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php on line 38
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.19042467452charger_fonction( )../parametrer.php:317
70.19052467832include_spip( )../utils.php:45
80.19292635000include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public/composer.php' )../utils.php:82
90.19312635084include_spip( )../composer.php:16
100.19812944752include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/indexation.php' )../utils.php:82
110.19812944832include_spip( )../indexation.php:16
120.20052965196include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/base/create.php' )../utils.php:82
130.20052965276include_spip( )../create.php:15
140.20433040320include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php' )../utils.php:82
150.20433040320initialiser_sel( )../acces.php:235
160.20433040448creer_pass_aleatoire( )../acces.php:126

( ! ) Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php on line 39
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.19042467452charger_fonction( )../parametrer.php:317
70.19052467832include_spip( )../utils.php:45
80.19292635000include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public/composer.php' )../utils.php:82
90.19312635084include_spip( )../composer.php:16
100.19812944752include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/indexation.php' )../utils.php:82
110.19812944832include_spip( )../indexation.php:16
120.20052965196include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/base/create.php' )../utils.php:82
130.20052965276include_spip( )../create.php:15
140.20433040320include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php' )../utils.php:82
150.20433040320initialiser_sel( )../acces.php:235
160.20433040448creer_pass_aleatoire( )../acces.php:126

( ! ) Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php on line 40
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.19042467452charger_fonction( )../parametrer.php:317
70.19052467832include_spip( )../utils.php:45
80.19292635000include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public/composer.php' )../utils.php:82
90.19312635084include_spip( )../composer.php:16
100.19812944752include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/indexation.php' )../utils.php:82
110.19812944832include_spip( )../indexation.php:16
120.20052965196include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/base/create.php' )../utils.php:82
130.20052965276include_spip( )../create.php:15
140.20433040320include_once( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/acces.php' )../utils.php:82
150.20433040320initialiser_sel( )../acces.php:235
160.20433040448creer_pass_aleatoire( )../acces.php:126

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/flock.php on line 60
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.23984187328public_composer_dist( )../parametrer.php:319
70.24784188100lire_fichier( )../composer.php:47

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/texte.php on line 1428
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.29204735560BOUCLE_meta2html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1304
80.30244746756propre( )../composer.php(48) : eval()'d code:137
90.30254746756traiter_raccourcis( )../texte.php:1525

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 560
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.43254782504vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1136

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 560
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.43264782460vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1140

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 561
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.43264782460vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1140

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 609
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.43274782460nom_jour( )../composer.php(48) : eval()'d code:1140
90.43274782612affdate_base( )../filtres.php:790
100.43274782612recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 619
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.43274782460nom_jour( )../composer.php(48) : eval()'d code:1140
90.43274782612affdate_base( )../filtres.php:790
100.43274782612recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 560
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.44084950764vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1142

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 561
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.44084950764vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1142

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 609
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.44104961004affdate( )../composer.php(48) : eval()'d code:1142
90.44104961080affdate_base( )../filtres.php:825
100.44104961152recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 619
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.44104961004affdate( )../composer.php(48) : eval()'d code:1142
90.44104961080affdate_base( )../filtres.php:825
100.44104961152recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/flock.php on line 60
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.44134961428recuperer_fond( )../composer.php(48) : eval()'d code:1145
90.44134961772inclure_page( )../assembler.php:399
100.44134962948public_parametrer_dist( )../assembler.php:233
110.46174963964public_composer_dist( )../parametrer.php:319
120.46594964688lire_fichier( )../composer.php:47

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/texte.php on line 1428
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.54524950932propre( )../composer.php(48) : eval()'d code:1150
90.54524950932traiter_raccourcis( )../texte.php:1525

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/texte.php on line 1428
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.85974965552BOUCLE_auteurshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1192
90.96194967776propre( )../composer.php(48) : eval()'d code:704
100.96194967776traiter_raccourcis( )../texte.php:1525

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/texte.php on line 1428
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
80.96364977164propre( )../composer.php(48) : eval()'d code:1213
90.96364977164traiter_raccourcis( )../texte.php:1525

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 560
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
81.05985010588BOUCLE_forums_lienshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1254
91.07565012828vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1035

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 561
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
81.05985010588BOUCLE_forums_lienshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1254
91.07565012828vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:1035

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 609
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
81.05985010588BOUCLE_forums_lienshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1254
91.07585023068affdate( )../composer.php(48) : eval()'d code:1035
101.07585023144affdate_base( )../filtres.php:825
111.07585023216recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 619
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
81.05985010588BOUCLE_forums_lienshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1254
91.07585023068affdate( )../composer.php(48) : eval()'d code:1035
101.07585023144affdate_base( )../filtres.php:825
111.07585023216recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 560
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
81.08515032564BOUCLE_forumshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1270
91.10465034936vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:922

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 561
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
81.08515032564BOUCLE_forumshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1270
91.10465034936vider_date( )../composer.php(48) : eval()'d code:922

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 609
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
81.08515032564BOUCLE_forumshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1270
91.10485034936affdate( )../composer.php(48) : eval()'d code:922
101.10485035012affdate_base( )../filtres.php:825
111.10485035084recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/filtres.php on line 619
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
81.08515032564BOUCLE_forumshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1270
91.10485034936affdate( )../composer.php(48) : eval()'d code:922
101.10485035012affdate_base( )../filtres.php:825
111.10485035084recup_date( )../filtres.php:693

( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/texte.php on line 1428
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
30.05131078376public_assembler_dist( )../public.php:99
40.05131078604assembler_page( )../assembler.php:60
50.12071643848public_parametrer_dist( )../assembler.php:134
60.27334595876html_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../parametrer.php:321
70.31284743132BOUCLE_principalehtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1325
81.08515032564BOUCLE_forumshtml_cacdcec900dda37f91a9aadf1f0cd7f1( )../composer.php(48) : eval()'d code:1270
91.10625045480propre( )../composer.php(48) : eval()'d code:938
101.10625045480traiter_raccourcis( )../texte.php:1525
ZOMBIE - LA MONDIALISATION EN AFRIQUE

Accueil | Qui sommes-nous? | Liens dézombificateurs | Participez !! | FAQ | Admin

Zombie Zombie

Rechercher avec Scroogle:

zombiemedia.orgweb

ZOMBIE est un espace libre de discussion et de mise en commun d'informations et d'idées afin de contrer la désinformation, promouvoir la pensée critique et encourager l'action constructive.

Écrivez-nous à zombie [at] zombie.lautre.net

*Art et culture

*Droits et libertés

*Environnement

*Idéologies et religions

*Individus et société

*Médias

*Politique internationale

*Politiques nationales

*Science et technologie


( ! ) Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/alternc/html/z/zombie/ecrire/inc/flock.php on line 60
Call Stack
#TimeMemoryFunctionLocation
10.0026326124{main}( )../spip.php:0
20.0478939132include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
31.19275232544eval( ''?>\n\n \n \n ZOMBIE - LA MONDIALISATION EN AFRIQUE \n \n \n \n \n \n \n \n \n \n \n \n \n \n\n \n\n\n \'fr\');\n\tinclude(\'squelettes/top.php3\');\n?>\n\n \n\n\n\n \'fr\');\n\tinclude(\'squelettes/gauche.php3\');\n?>\n\n\n
\n\n\n\t

Vous êtes ici :\n\t Accueil\n\t \n\t \n\t\t\n\t\t > Idéologies et religions\n\t \n\t > Néo-libéralisme et mondialisation des marchés\n\t \n\t

\n\n\n
\n\t \n

LA MONDIALISATION EN AFRIQUE

\n

FLEAU OU REMEDE ?

\n\t
\n

lundi 12 janvier 2004, par Martial TCHENZETTE

\n
\n

Le 20 Juillet 2001 mourait Carlo Juliani, le premier martyr anti-mondialisation. Avant lui, bien d’autres ont été torturés(1) . En fait, ce que ces martyrs reprochent à la mondialisation, c’est certainement ses conséquences négatives sur les êtres et sur la planète en elle même. Mais qu’est-ce en réalité, la mondialisation ?\nEn effet, la mondialisation est un phénomène d’interdépendance entre les humains et les pays qui tend à s’intensifier au fur et à mesure que s’écoulent les années(2) . Pour le chroniqueur financier, Martin Wolf, « la mondialisation est le grand événement économique de notre temps (…), qui ouvre des perspectives sans précédent à des milliards de personnes dans le monde »(3) . A n’en pas douter, si la première définition se veut un peu plus générale, la seconde semble de moins en moins faire l’unanimité. En effet, pour bien d’autres, la mondialisation est le mal le plus terrible que la terre ait jamais connu.\nC’est d’ailleurs pour cela que les manifestations anti-mondialisation aujourd’hui alter-mondialisation ont gagné en véhémence et en importance. Acceptée ou rejetée, on doit préciser tout de même que ce phénomène qu’est la mondialisation a connu une évolution particulière.\nDepuis l’Antiquité et le Moyen Age, on parle déjà de mondialisation. En effet, les féodaux se combattent pour agrandir leur territoire ; ils voulaient défendre l’idée de la « villageisation ». Etre le seul maître d’une vaste étendue : le monde. C’est ce que Shakespeare exprimait dans l’une de ses pièces :\n« Oh ! que n’ai-je une muse de flamme … un royaume pour théâtre, des princes pour acteurs et des monarques pour spectateurs de cette scène transcendante ! »(4) .

\n\n

C’est ainsi la première forme de mondialisation. Le « Royaume », est le symbole de l’Etat-nation. C’est ce que Jean Jacques Roche exprime lorsqu’il parle de la fin du concert européen(5) . C’est une véritable mondialisation car les pays d e l’Europe essaient d’agrandir leur territoire et répandre leur idéologie. Il n’y avait pas d’acteurs représentant le secteur privé sous forme de sociétés ou de groupes de défense des consommateurs(6) . \nShakespeare, toujours lui, mais dans un ouvrage autre. Il se présentait par là en véritable précurseur de la nouvelle scène de la mondialisation. « Le monde entier est une scène, hommes et femmes, tous n’y sont que des acteurs »(7) . Le théâtre des opérations ne cessait de s’étendre, l’expansion coloniale conférant à la lutte entre le mercantilisme et le libre-échangisme une dimension de plus en plus planétaire, au point qu’à la fin du siècle, ce que l’on appelle maintenant la mondialisation était sous une certaine forme entrée dans les faits(8) . On observait ainsi une assez grande diminution du rôle de l’Etat, voire sa disparition totale de la scène internationale. La place est cédée au lecteur privé. Le « vaisseau spatial » de la mondialisation est conduit par les organisations non gouvernementales, les organisations inter gouvernementales, la société civile, etc. Les règles inhérentes à la mondialisation restent tout de même fixées par les Etats.\nSur un plan théorique, la mondialisation apparaît comme le substrat de l’échec de la théorie réaliste et la victoire du courant transnational. Avec la société monde de John Burton, le monde devient comme une toile d’araignée. Le modèle de boules de billard s’estompe pour céder la place à l’interdépendance croissante entre les différents acteurs du jeu international. C’est ce même modèle qui est développé par Norbert Elias dans sa « société d’individus » où la toile d’araignée est remplacée par le filet.\nOn constate avec regret que la mondialisation est un phénomène certainement partiel et même partial ; car le gouffre qui sépare les pays développés des pays en voie de développement ne fait que s’accroître. L’Afrique quant à elle est le continent le plus - et bientôt sera le seul - à être dévasté par le vent de la mondialisation, si rien n’est mis en pratique. Mais on ne saurait pour autant obscurcir ses quelques bienfaits en Afrique. Il semble opportun de relever que ce sujet soulève de très grandes controverses lorsqu’il est déporté en Afrique.\nPour certains, la mondialisation est l’événement le plus heureux de l’histoire de l’Afrique, le changement technologique apparaît comme une panacée. Mais pour d’autres, la mondialisation est la catastrophe la plus absolue qu’ait jamais connu l’Afrique qui continue à creuser l’écart entre les nantis et les démunis.\nIl n’ y a pas plus actuelle que la confrontation de l’Afrique face au défi de la mondialisation. On se rendra très vite compte que l’Afrique n’a pas encore relevé le défi de la mondialisation mais il faut reconnaître que beaucoup de choses sont en train d’être faites pour cette relève.\nS’interroger dès lors sur la question de la mondialisation en tant que fléau ou remède en Afrique nous ramène à analyser la finalité de celle-ci dans ce continent. Comme l’a si bien souligné VALASKAKIS, la mondialisation ne va pas sans chocs asymétriques(9) . En effet, la mondialisation reste encore un fléau pour l’Afrique (I) mais bientôt, très bientôt cependant, cette mondialisation pourra être un remède pour l’Afrique (II).

\n\n
\n\t

\n\n
\n\n\n\n
\n\n\n \n\t \n\t \n\n\n\n \n\t \n\t \n\n\n\n
\n

Auteur(s):

\n \n Martial TCHENZETTE\n
\n\t Je suis né le 27 juillet 1981 à Douala au Cameroun.je suis licencié en droit et sciences politiques de l’université de DSCHANG au Cameroun .Je suis aussi titulaire d`une maîtrise et d’un DESS en relations internationales de l`Institut des Relations Internationales du Cameroun et d`un diplome de second cycle en sciences politiques .Je suis par ailleurs en cycle de doctorat option droit international public à l’université de Douala au Cameroun.\nJ’essaie de concilier mon activité de chercheur à la profession de diplomate que j’exerce à la Direction des Affaires d’Amérique et des Caraïbes au Ministère des Relations Extérieures du Cameroun.J’ai été co-rédacteur de la page étrangère de la revue l’EQUATORIAL et expert en charge des questions africaines à la Radio Francophone Iranienne.\n\t

*autres articles du même auteur

\n\t \n
\n\n\n\n\t
\n\n\n\n
\n\n\n\n\n\n
\n\t

imprimerImprimer cet article

\n \n

I - LA MONDIALISATION, UN FLEAU CONTINU EN AFRIQUE\nOn ne le dira jamais assez, l’Afrique est une victime de la marginalisation liée à la mondialisation (A). C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a reçu les aspects néfastes de ce phénomène (B).

\n\n

A - L’Afrique subit une marginalisation face à la mondialisation\nQui dit mondialisation en Afrique, peut penser à la destruction de l’Afrique (1) et à la lésion du continent (2).

\n\n

1.\tla mondialisation, symbole de destruction des ressources africaines\nLes ressources détruites à défaut d’être écologiques (a) résultent de l’échec des privatisations (b).

\n\n

a)\tLes destructions écologiques\nL’Afrique est l’un des continents les plus riches(10) . Mais malheureusement et depuis toujours d’ailleurs, les pays de l’occident n’ont jamais cessé de l’exploiter.\nDe tout temps, ils ont cherché une forme particulière pour piler nos richesses. Nos pères ont été utilisés. Aujourd’hui, la mondialisation est le nom de notre nouveau malheur. La mise au point d’outils de plus en plus performants ne favorisent qu’une destruction plus aisée du continent africain.\nEn réalité, « la mondialisation de l’économie s’est faite sous l’impulsion des forces du marché qui sont bien plus soucieuses d’engranger des profits »(11) que de protéger l’Afrique. Relativement à l’Indonésie, le directeur du fonds mondial pour la protection de la nature en Indonésie (12) explique que tout est fait pour prendre le développement de vitesse, oubliant ou favorisant les destructions écologiques si bien que dans dix ans alors que nous seront assez sensibilisés sur la protection de l’environnement, il n’y aura plus rien à défendre(13) .\nLa rupture des frontières semble être unilatérale. Le libre-échangisme est un fait dans les relations Sud-Nord, mais Nord-Sud, une grande marginalisation perdure. Le meilleur cacao ou café africain par le phénomène de la rupture des frontières est très vite acheminé en Europe ou en Amérique. Peu après, le cacao africain gagnera son territoire d’origine sous la forme de chocolat importé, de café importé et le prix doublera et peut-être même triplera qui sait ! Avec tout cela, comment les riches ne doivent-ils pas continuer à s’enrichir et les pauvres à s’appauvrir davantage ? Triste réalité mais c’est aussi cela la mondialisation. Ce phénomène qui amène les Etats à se retirer de la sphère économique au bénéfice des autres acteurs du secteur privé : c’est la privatisation.\nLa privatisation est l’action de transférer au secteur privé le capital d’entreprises appartenant à la puissance publique, et qui très souvent avaient auparavant fait l’objet d’une nationalisation(14). La privatisation se conçoit tout simplement comme l’action de confier au secteur privé des activités jusque là gérées en régime direct par une personne morale de droit public. Ces deux définitions résonnent certainement bien mais dans le contexte africain particulièrement, les privatisations n’ont pas encore réussi.

\n\n

b)\tL’échec actuel des privatisations en Afrique\n \tSi tant est que la finalité de la privatisation dans le cadre d’une mise en œuvre efficace de la mondialisation est le développement, il demeure clair que c’est très souvent le contraire.\n\tAux Etats-Unis, la gestion des entreprises par le secteur privé est un grand échec. Ils ont constaté là-bas chez eux que la victoire du libéralisme sur le socialisme n’est pas un idéal de vertu.\n\tDe ENRON à WORLD COM, en passant par XEROX, les Etats-Unis ont appris à leurs dépens ce qu’est le capitalisme. En France, la chute de Vivendi ne démontre pas le contraire, mais nous ne reviendrons plus en détails sur ces chutes de l’Occident ; revenons ainsi à notre chère Afrique.\n\tQue l’on soit au Sénégal ou au Cameroun et même dans une grande partie du continent, l’exemple type des privatisations reste celui de la société d’électricité.\nEn effet, relativement au Cameroun, les américains avec à leur tête M. Mark Miller se sont accaparés de la Société Nationale d’Electricité (SONEL) aux fins d’en faire une société sainte et saine. Une société capable de satisfaire les besoins, ne serait-ce qu’élémentaires des citoyens camerounais en énergie électrique et partant, asseoir le développement du Cameroun.\nCe n’est pourtant pas ce qui s’est passé. L’une de leurs premières innovations est de penser à une augmentation du coût de l’énergie. La nouvelle AES-SONEL, puisqu’il s’agit bien d’elle, mènera au Cameroun une véritable opération de « civilisation ». Alors qu’aux Etats-Unis, l’énergie électrique devient la ressource dont on a le moins besoin (parce que bien sûr tout le monde la détient déjà), au Cameroun, beaucoup, des plus démunis aux plus nantis sont encore en manque. L’arrivée de Mark Miller a fait suite à une série de coupures sans pareilles. Grave était l’incident au point où une planification des coupures était prévue. Ceux qui disposaient de poissonnerie devaient simplement fermer. Dans les zones rurales, l’énergie électrique devenait l’exception et son absence, le principe.\nPour abonder dans le même sens qu’Ignacio RAMONET du monde diplomatique, mais relativement à l’Afrique, cette fois-ci, on dira que dans ce continent, celui qui dit mondialisation dirait régression. Selon un journal camerounais, le directeur général de AES SONEL, M. Mark Miller, une fois assis sur le fauteuil du directeur, s’est empressé d’effectuer des virements des millions de nos francs CFA à leur filiale aux Etats-Unis. Est-ce vrai ? On se demande tout de meme ce qui aurait justifié cet échec farouche de la privatisation de la SONEL et partant, son éviction de la tête de cette société ?\nEn effet, depuis le mois de Juillet 2001, Helen TARNOY est directeur général de l’AES-SONEL. Permettrait-elle a cette privatisation de réussir ou alors, sera-ce la même situation qu’au Sénégal ?\nAu Sénégal, l’échec de la privatisation de la société d’énergie électrique a contraint l’Etat à revenir à l’ère de l’interventionnisme(15). L’Etat sénégalais a mobilisé des groupes électrogènes afin de ravitailler une bonne partie de la population.\nC’est aussi cela la privatisation, c’est aussi cela la mondialisation, source de lésion de l’Afrique.

\n\n

2. la Mondialisation, source de lésion de l’Afrique\nLa lésion du continent africain s’opère à un double plan interne (a) et externe (b).

\n\n

a)\tla lésion interne de l’Afrique\nA l’intérieur de l’Afrique, les problèmes du sous-développement et de pauvreté persistent. Tout porte à croire que la mondialisation est occidentale et les conséquences sont supportées par l’Afrique. Au lieu d’évoluer, on ne fait que régresser. Le fossé d’inégalité continue de s’agrandir. A regarder de près d’ailleurs, on se rend compte que la répartition des richesses n’a jamais été égalitaire mais la mondialisation est venue élargir le gouffre entre les pays riches et les pays pauvres. Alors qu’on voit d’un côté, des jeunes européens à bord de trains à grande vitesse (TGV), on observe des africains se bousculant pour avoir des places dans un car aussi vieux et délabré que la route sur laquelle il roulera. C’est le paradoxe du siècle. Pourtant, à s’en tenir à la villagéisation, le monde deviendra un village planétaire. Ainsi, tout devrait être pareil mais hélas, ce n’est pas le cas. Les blancs ont-ils découvert une nouvelle forme de colonisation en plus du néo-colonialisme ? \nLes africains sont les victimes de la mondialisation ; ils subissent une très grande marginalisation. Sur le plan interne, on l’a démontré ; mais le plan externe reste encore à exposer.

\n\n

b)\tla lésion externe de l’Afrique\nLa mondialisation, on ne le dira jamais assez, est un phénomène d’unification des pays du monde. Le monde. Le monde devient ainsi une sorte de fédération à l’instar des Etats-Unis. Or aux Etats-Unis, les 50 Etats sont solidaires et égalitaires, ce qui n’est pas le cas dans ce monde qu’on dit « mondialisé ».\nTout au long de l’année 2002, les lois contre l’immigration deviennent de plus en plus rigides à l’égard des africains. L’acquisition des passeports ou autres documents nécessaires aux éventuels déplacements est de moins en moins évidente.\nComment peut-on concevoir qu’un déplacement de New York à Washington soit controversé pour un citoyen américain au motif que ses papiers ne sont pas suffisants ?\nC’est à peu près le même cas pour les africains qui sont supposés, comme tous les autres, être des citoyens du monde mais qui paradoxalement sont traités le plus souvent comme une catégorie entièrement à part et non à part entière. ce point de vue a été confirmé par une réunion des pays des Afrique-Caraïbe et Pacifique(16) . Au cours de cette réunion qui s’est tenue la semaine du 15 Juillet 2002, il ressort que « Les pays pauvres sont marginalisés face à la mondialisation et la rigide politique d’immigration menée par l’Union Européenne. A cette lésion externe : les considérations racistes.\nComme me le disait mon enseignant de Relations Internationales : \n« Alors qu’un de mes amis et moi nous baladions dans une banlieue de la France, des médecins français distribuaient des tracts pour des dons de sang. Ces distributeurs nous ont traversés, faisant semblant de ne pas nous avoir vus pour remettre ces tracts à de jeunes blancs juste derrière nous. Pourquoi cela ? Tout simplement parce que nous étions des noirs ».

\n\n

Comment peut-on concevoir l’idée d’une mondialisation avec des aspirations pareilles. Sous cet angle, on peut douter de la véracité des propos de mon professeur des Relations Internationales, mais les élections présidentielles françaises de 2002 nous ont donné un exemple manifeste. \nJean Marie LEPEN n’a pas caché son idéologie lorsqu’il affirmait qu’une fois au pouvoir, tous les noirs quitteraient la France pour rejoindre l’Afrique. Il était clair que la mondialisation allait à la dérive car la notion de « citoyenneté du monde » prêchée par Giscard d’Estaing et chèrement défendue par Jacques Chirac n’avait plus de place.\nLa société civile en France comme un seul homme s’est levée et a pu repousser cet élan de l’Extrême Droite. Une question se pose cependant ; la réaction des « français de France » et non pas des « Français du monde »(17) n’était-elle pas motivée par un intérêt quelconque ? Ca m’en a tout l’air. En effet, si tous les Français de souche africaine, venaient à être rapatriés, que serait encore la France ? Un exemple patent : regardez l’équipe nationale de Football française. Nous pensons que LEPEN n’a fait qu’exprimer tout haut ce que tous pensent tout bas. Voir l’Afrique dans le piège de la mondialisation, c’est le souhait de beaucoup de personnes.

\n\n

B - L’Afrique tombe dans le piège de la mondialisation\n \tLe piège ici, c’est le caractère inconvénient de la mondialisation sur la manière de vivre des africains. La mondialisation africaine conduit à une dépravation des mœurs (2) mais beaucoup plus à un assez grand sous-développement. Nul ne peut en effet réfuter l’idée selon laquelle la mondialisation a conduit à un chômage plus ou moins élevé du à une baisse de salaire.

\n\n

1.\tLa mondialisation accentue le sous-développement en Afrique\nLe sous-développement perdure à travers la mondialisation par le chômage (a) et la baisse des salaires (b).

\n\n

a)\tMondialisation africaine synonyme de chômage\nLa privatisation des sociétés en Afrique conduit délibérément vers le licenciement de nombreux citoyens. Au Cameroun, avec la privatisation de la SONEL, de la REGIFERCAM, etc. Beaucoup de Camerounais ont été limogés ; certains ont été purement et simplement compressés, d’autres ont « tout gentiment été poussés à la retraite »(18) . A en croire un journal camerounais, plus d’un millier d’employés de la SONEL seront mis à la porte(19) .\nAutre cause du chômage liée à la mondialisation : les innovations technologiques. Avec la mise au point des outils informatiques, bien des citoyens seront mis à la porte. Bref, il y aura plus de chômeurs que de recrutés. La fabrication des engins de transformation de ressources a considérablement réduit la main d’œuvre rurale et favoriser l’oisiveté rurale. \nComme l’a précisé M. VALASKAKIS, « la technologie a parfaitement réussi à réduire l’effort humain nécessaire pour obtenir une production déterminée »(20) . Avec la mondialisation, seule 30% des personnes peuvent être capables de produire ou fabriquer les besoins du reste de la population de l’Afrique. Les chanceux, si l’on peut les appeler ainsi, ceux qui resteront, verront leur salaire considérablement réduire.

\n\n

b) La mondialisation, synonyme de baisse de salaire en Afrique\nEtant donné que l’outil informatique et bien d’autres innovations technologiques ont vocation à remplacer la main d’œuvre humaine, les employés qui seront gardés gagneront un peu moins par mois. Cee n’est qu’une conséquence logique car leurs efforts aussi seront réduits.\nBizarrement, pendant que le salaire régresse en Afrique, dans les pays du Nord c’est le contraire. C’est relativement à cela que certains auteurs ont pu parler des « écarts de revenus »(21) . En fait, les écarts de revenus se creusent entre les pays pauvres et les pays riches. En 1999, on constatait que la part du cinquième le plus pauvre de la population mondiale dans le revenu mondial est revenue de 2,3% à 1,4% , alors que celle du cinquième le plus riche passait de 70 à 85%. La mondialisation en Afrique, vue sous cet angle, est bien un fléau. Cette idée ne saurait disparaître quand on sait que la mondialisation africaine - nous pensons la mondialisation en Afrique si vous préférez - est une source énorme de dépravation de mœurs.

\n\n

2.\tLa mondialisation favorise la dépravation des mœurs en Afrique\nLa dépravation des mœurs en Afrique est présentée manifestement sous le cadre de la position cybernétique (a) et du « cyberterroriste » qui est cependant encore très attendu dans ce continent (b).

\n\n

a)\tLa prostitution cybernétique\nIl suffit d’entrer dans la plupart des cyber cafés du pays pour se rendre compte de la très grande dépravation des mœurs. Des enfants les plus jeunes ayant à peine atteint la quinzaine et les plus âgés, minimum 20 ans, bref tous, du moins la plupart des mineurs.\nSans gène, ces enfants ouvrent des sites pornographiques qu’ils savourent avec extase et satiété. C’est l’aspect indirect de la prostitution cybernétique, qui revêt aussi un caractère direct ou manifeste.\nLa véritable prostitution cybernétique est incarnée avec regret (en grande partie) par nos sœurs africaines. Ces filles qui n’hésitent pas à envoyer leurs photos pornographiques à de soi-disant blancs pour de l’argent parfois mais pour un éventuel mariage le plus souvent. Ces photos servent de prime abord d’étude. Ces filles, nos sœurs, sont assez bêtes ; car comment peut-on prétendre aimer et subordonner l’amour au sexe ? Purement et simplement absurde ! mais que faire ? C’est cela la haute technologie et c’est aussi ça la mondialisation.\nUne chose qui a vu le jour chez les occidentaux (une chose négative. Il faut le préciser) mais qui n’est pas encore pleinement encrée dans le Gédéon africain, (attendu cependant) reste le cyber terrorisme.

\n\n

a)\tL’attente du cyber terrorisme en Afrique\nAvec le phénomène de la privatisation, tout est privatisé et même le terrorisme(22) . Le terrorisme cesse d’être l’apanage des seuls Etats et devient aussi celui des individus.\nIl est à présent plus facile de commanditer à distance des catastrophes. A présent que tout est informatisé, il suffisait tout simplement qu’un léger dysfonctionnement soit enregistré pour qu’une catastrophe soit grande. Le bug informatique nous donne un exemple patent de ce que peut être l’aspect négatif de l’outil informatique. \n\tL’anthrax ou la maladie du charbon est aussi l’œuvre de la mondialisation. \n\tPuisque les avions sont commandés à base des ordinateurs, une connexion à ces ordinateurs par un dissident entraînerait très rapidement un choc à l’instar de celui du 11 Septembre 2001 .\n\tForce est cependant de constater que la mondialisation africaine existe c’est une réalité mais l’espoir est permis quant à une naissance d’une mondialisation en Afrique. En effet, il échet de constater que la mondialisation telle qu’elle le conçoit et s’applique n’est pas la même en Afrique. En Afrique tout semble prouver qu’il existe une forme particulière de mondialisation africaine ; mais l’espoir subsiste car beaucoup de choses sont faites pour que la mondialisation telle qu’elle se conçoit généralement sont applicable en Afrique d’où l’expression mondialisation en Afrique. Ainsi et ainsi seulement, elle sera un remède aux maux qui minent actuellement ce continent.

\n\n

II-\tLA MONDIALISATION,TRES BIENTOT POURRA ETRE UN REMEDE POUR L’AFRIQUE

\n\n

Les africains en général essayent de faire des efforts pour être à la pointe de la mondialisation. On constate ainsi que la mise au point des nouvelles technologies de l’information et de la communication est de plus en plus effective (A) alors que la doctrine politique de la mondialisation est de moins en moins théorique (B).

\n\n

A - La mise au point des nouvelles technologies de l’informatique et de la communication(NTIC)

\n\n

Pendant longtemps en Afrique, on pouvait compter du tout des doigts ceux qui savaient se servir d’un outil informatique. Ceux qui savaient ce que s’est qu’un e-mail. Ce n’était pas de leur faute. Au Cameroun par exemple seuls les plus nantis étaient concernés par l’informatique, par l’internet. L’achat d’un ordinateur coûtait les yeux de la tête. Les frais de douane des appareils informatiques étaient exorbitants. Dans tous le pays on comptait à peine dix cyber café. Le prix du surf était faramineux. A titre d’exemple l’heure dans le cyber café le moins cher s’évaluait à moins de deux milles cinq cent francs. \n\tActuellement beaucoup d’efforts sont faits pour épouser l’ère de la haute technologie. Les Etats africains ont tout d’abord commencé à détaxer les outils informatiques. Ce qui favorisait ainsi une importation massive des ordinateurs vers le continent africain. Ensuite, les licences d’exploitation des cyber café se délivrait au complication. Ce qui amène les individus à mieux investir dans ce secteur. On assistait ainsi à une prolifération croissante de cyber café. Mais cela demeure ou demeurait (selon certains pays et villes d’Afrique) insuffisant. L’Etat décidera ainsi de venir en aide au secteur privé afin de parfaire le processus de mondialisation. Le président de la république du Cameroun, son Excellence Paul Biya a offert presque une centaine d’ordinateurs dans un grand lycée de la ville de Yaoundé. Et, il s’est rendu personnellement sur les lieux pour encourager ces jeunes à maîtriser l’outil du troisième millénaire. Le ministre de l’enseignement supérieur du Cameroun a œuvré pour la construction d’un centre informatique à l’université de Yaoundé. Un projet similaire a été réalisé à l’Université de Dschang à l’Ouest du Cameroun. Au Sénégal, en Afrique du sud, au Ghana au Maroc et dans bien d’autre pays de l’Afrique, Internet n’est plus une illusion. La preuve, dans les établissements scolaires, les bulletins sont informatisés. Le prix du surf a considérablement baissé ; l’heure est évaluée actuellement à 500F.cfa en moyenne.\n\tCependant, toutes ces aspirations vers la haute technologie sont certes moins théoriques mais pas encore effectives. Dans beaucoup de zones rurales africaines, des cyber café sont inexistants et c’est aussi en vogue en Afrique et permet aux africains de résoudre, bien des maux qu’on connaît tout. \n\tEn Afrique, on le constate un espoir semble se pointer à l’horizon inhérent à la réception de la facette politique et juridique de la mondialisation.

\n\n

B - L’espoir d’une réception politique et juridique de la mondialisation

\n\n

La réception politique passe par les efforts de mise à jour de la démocratie libérale(1) dont le pendant juridique économique reste le respect des droits de l’homme et la lutte contre le sous développement (2).

\n\n

1.\tLes effort de mise à jour d’une démocratie libérale\nAvec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 et la dislocation de l’union des républiques socialistes (U-R-S-S-) LE 8 décembre 1991, la démocratie libérale n’avait plus de frontières ; Elle était appelée à s’étendre sur l’ensemble du globe terrestre. C’était l’apogée du « village planétaire » annoncé par l’architecte BUCKMINSTER et la scène décrite par Fukuyama(23) . Cette nouvelle scène internationale ne pouvait ne pas laisser le continent africain indifférent. Ce continent qui prônait paradoxalement l’idée d’un non alignement pourtant pour la plupart, ils appartenaient à l’un des deux camps(24) . Avant l’événement de 1983. Les Etats africain furent essentiellement monarchiques(25) . C’est vrai que certains voulaient faire des exceptions mais hélas ? Depuis 1990 le vent d’ouest souffla sur l’Afrique. Par son discours de la boule, le président Français, François Mitterrand affirmait qu’aucune aide ne sera allouée aux pays africains s’ils ne se conformaient pas la nouvelle donne politique qu’est la démocratie libérale. C’est ainsi que les trois quart des Etats africains ont été contraints à épouser la démocratie, la démocratie libérale. Comme nous l’avons démontré un peu plus haut, cette imposition a eu des conséquences néfastes en Afrique(26) . En effet, les africains(27) vu les intérêts en présence n’ont pas hésité à adopter le multipartisme. Même Mobutu la fait. Mais s’ils l’ont fait. Tout cela était théorique et même très théorique car dans les faits, dans la pratique, nous avons débute peu à peu en Afrique devienne plus effective. L’Afrique ainsi ne sera plus mal partie. On peut réussir et on va réussir. Ne dit-on pas que c’est ce « petit à petit que l’oiseau fait son nid » c’est ce même projet, cette même idée qui est dépendu en matière de droits de l’Homme.

\n\n

2.\tLes efforts de l’application juridique économique de la mondialisation\nL’aspect économique de la mondialisation est l’économie de marché(28) . C’est ce phénomène caractérisé par la privatisation et le flux des capitaux nous n’y reviendrons plus car nous avons exposé la situation de la privatisation africaine. On peut cependant ajouter que seule l’état de conscience des investisseurs internationaux à défaut d’une privatisation nationale, permettrait de combler cette lacune.\nL’aspect juridique de la mondialisation demeure encore le respect universel des droits de l’Homme.

\n\n

Dans la plupart des pays Africain, des observatoires nationaux des élections ont été crées parfois et presque toujours déjà, des envoyés des organismes internationaux tel l’organisation des nations unies sont présent au moment des élections. Ce fut le cas au Cameroun lors du double scrutin municipal et législatif du 30 juin 2002.\nOn constate aussi que les chefs d’Etats africains acceptent déjà peu à peu de quitter le pouvoir. L’exemple solitaire est celui de la transition démocratie du Sénégal, du Mali. C’est déjà le pluriel et c’est déjà bien.\nNéanmoins, relevons que beaucoup de choses restent à faire car ça et là on perçoit encore des élans de confirmation du pouvoir, de dictature. Quelqu’un n’a t- il pas dit qu’en Afrique : « quoiqu’on fasse les auteurs restent les mêmes et les mentalités aussi »(29) . Nous ne souhaitons qu’une chose ; que ces efforts commencés se poursuivent. Que la démocratie libérale dont l’application effective de la royauté. On s’en rend compte, des efforts sont fait dans la reconnaissance effective des droits de l’Homme. Nous parlons d’effective car comme l’a si bien souligné le Professeur KAMTO, les Etats africains ont adoptés les grands textes internationaux(30) sans les mettre en pratique. La Charte Africaine des Droits de l’Homme a été conçue en Afrique mais elle n’était pas appliquée. Le Quatrième Pouvoir(31) détient une influence de plus en plus grande en Afrique.\nLes droits de l’Homme sont sur le chemin du respect dans beaucoup de domaine notamment les corps armées. Mais ce processus est loin d’être achevé. En Tunisie le politologue « politicien » AMA AMANI Ibrahim, mari de Radia NASRAHOUI a été condamné à 7 ans d’emprisonnement fermes. C’est de justesse qu’un journaliste au Zimbabwe a échappé à la détention. Ces deux hommes n’avaient fait qu’exprimer leurs opinions car tout le monde a droit à la liberté d’opinions.

\n\n

Autre lacune à combler en Afrique, c’est le sous développement.\nLe sous développement en Afrique est une réalité, misère et pauvreté sont les nouveaux synonymes en Afrique. Pourtant, certains chefs d’Etats auraient affirmé que tant que les africains ne mangeront pas à leur faim, n’auront pas de quoi se vêtir ou un toit pour dormir, le minimum d’éducation requis, ils n’auront pas de paix intérieure. Avec des paroles, nul ne l’ignore, on peut construire des gratte-ciels en quelques secondes ; tout ce que nous demandons c’est la pratique et une pratique effective et efficace. C’est justement pour répondre à ces doléances que les Etats africains mettent l’accent sur l’initiative privée en encourageant le forum de création des entreprise. Certains sont allés jusqu’à gratifier les parents à travers la gratuité de l’école primaire. Vivement que cela soit suivi au secondaire et au supérieur. Mais nous doutons car si le primaire a été supprimé quant un frais d’inscription c’est tout simplement force qu’il rapportait le moins à l’Etat que le secondaire et le supérieur.\nSur le plan continental, la mise à jour du nouveau partenariat pour le développement africain et de l’Union Africaine vient augmenter notre potentiel d’espoir de voir une Afrique heureuse. Cependant nous constatons que tout demeure théorique et rien que théorique or aussi solides que peuvent être des bases théoriques, elles ne résistent jamais à l’échec de la pratique.\nPour relever le défi de la mondialisation l’Afrique doit s’unir et converger vers les mêmes horizons. Elle doit d’abord compter sur les propres potentialités avant de se retourner vers l’occident, si non un échec sera très vite arrivé. L’expérience nous a montré que pour être riche il faudrait bien évidemment qu’il y ait un pauvre. Pour être plus développés, il faudrait un "sous - sous développés". C’est dans cette logique qu’on conçoit l’idée des pays pauvres très endettés (P.P.T.E.).\nEn somme, nous remarquons la mondialisation en Afrique n’est pas encore effective car nous sommes plutôt confrontés à une mondialisation Africaine.\nC’est le chômage excessif par ci, c’est la baisse des salaires par là. Bien des choses qui nous montrent qu’en Afrique la mondialisation a eu exactement le contraire de l’effet attendu. On dirait en effet, que la mondialisation en Afrique est une véritable boite de pandore. Néanmoins fatigués, nous pensons, d’être relayés à l’anti-chambre de l’histoire du monde, l’Afrique est déterminée à œuvrer pour que cela cesse. On constate ainsi que les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont l’occupation actuelle des Etats Africains ; la restructuration des droit s de l’homme et la lutte contre le sous développement sont les nouveaux combats de l’Afrique. Elle peut être victorieuse. Le Pr. KANGUE, historien mais surtout Egyptologue soutient avec fermeté que cette l’ Afrique se sera pleinement affirmée en 2015. C’est le temps qui le décidera.\nA la question de savoir si la mondialisation en Afrique est un fléau ou un remède, nous répondrons que ce phénomène n’est pas le remède que l’Afrique attend pour résoudre ses problèmes ; ou plutôt ce serait mieux de dire que la mondialisation n’est pas encore un remède. On espère cependant qu’elle sera de moins en moins un fléau.

\n\n

1-En Décembre 1999, une conférence sur l’organisation Mondiale du Commerce tenue à Seattle aux Etats-Unis a été interrompue par des militants anti-mondialisation qui ont été calmés par des gaz lacrymogènes et des centaines d’entre eux ont été arrêtés et torturés. \n 2-En effet, l’instrument initial de la mondialisation restait le moyen de locomotion (marche, voiture ou bateau) pendant et après la guerre froide, on a vu se développer la mondialisation (téléphone rouge, Internet, etc.).\n 3-Cité par le « Réveillez-vous » du 22 Mai 2002, p.3.\n 4-Shakespeare (W), Henry V.\n 5-Roche (J.J.), Relations Internationales, LGDJ, 1999.\n 6-VALASKAKIS (K), Le théâtre de la mondialisation : la scène, la distribution et l’intrigue de la pièce ont changé, Revue trimestrielle, Juin 1999, p.173.\n 7-SHAKESPEARE (W) « Comme il vous plaira ».\n 8-VALASKAKIS (K) : « Le théâtre de la mondialisation … » revue trimestrielle de sciences sociales, Juin 1999, p.176.\n 9-VALASKAKIS (K) Op. cit, p.179.\n 10-Il s’agit bien ici de la richesse naturelle africaine.\n 11-Réveillez-vous ! 22 Mai 2002, p.4.\n 12-Agua Purnomo.\n 13-Réveillez-vous ! Op. cit.\n 14-Il faut entendre par nationalisation,l’expropriationlégislative des propriétaires ou actionnaires de firmes industrielles ou commerciales sous l’impulsion de considérations diverses avec transfert du pouvoir à des organes nationaux et attributions de leur patrimoine à l’Etat.\n 15-Parler interventionnisme à une époque pareille c’est démontrer l’échec de la théorie libérale en Afrique ou du moins qu’elle n’a pas encore réussi car jusqu’à preuve du contraire, le socialisme n’est pas encore entièrement mort. \n 16-Cette réunion s’est tenue à Fidji qui est un Etat du Pacifique Sud, Archipel composé de 326 îles.\n 17-Expression chère au Général de Gaulle.\n 18-Cameroon Tribune, 8 Juillet 2002, p.9.\n 19-Cameroon Tribune, Op. cit.\n 20-VALASKAKIS (K), Op. cit. p.178.\n 21-VALASKAKIS (K) Op. cit. p.180.\n 22-VALASKAKIS (K) : Op. cit. p.177 : il essaie de démontrer que la mondialisation a aussi des effets négatifs.\n 23-FUKUYAMA(F) "The End of the History and the Lust man" publié dans la revue National Interest.\n 24-Roche ( J.J ) relations internationales L.G.D.J. \n 25-C’est dire qu’ils penchaient beaucoup plus vers l’idée d’une démocratie socialisme.\n 26-Confère ."Les conflits en Afrique :diagnostic et thérapie,publié chez zombie \n27-Entendre ici les chefs d’Etats africains. \n 28-Roche (J.J) : Relations Internationales L.G.D.J. \n 29-Quotidien britannique, quant à la création de l’union Africaine.\n 30-Certains Etats ont inséré ces textes directement dans les corps des constitutions d’autres dans les préambules.\n 31-Entendre le pouvoir médiatique.

\n\n\n\t \n \n

répondre Répondre à cet article

\n

envoyer Envoyer cet article

\n\t
\n\n\n

Vous avez aimé cet article ? Cliquez ici pour le recommander à Rezo.net, l\'Autre Portail.

\n\n\n\n \n \n\t \n\t  \n\t

Il y a 1 contribution(s) au forum.

\n\t \n\t

\n\t > LA MONDIALISATION EN AFRIQUE
\n (1/1) 22 octobre 2004, par moultin
\n\t

\n\n \n
\n\t

> LA MONDIALISATION EN AFRIQUE

\n

22 octobre 2004, par moultin   [retour au début des forums]

\n\t

pourqoi pas en europe

\n\t
\n\t pourqoi la mondialisation en afrique\n\t

répondre  Répondre à ce message

\n\t
\n\n\t \n\n\t\n \n\n
\n\n\n\n\n\n \'fr\');\n\tinclude(\'squelettes/pied.php3\');\n?>\n\n\n\n''
)
../public.php:177
41.21515238140include( '/var/alternc/html/z/zombie/squelettes/gauche.php3' )../public.php(177) : eval()'d code:36
51.21575239728include( '/var/alternc/html/z/zombie/inc-public.php3' )../gauche.php3:6
61.21615243900include( '/var/alternc/html/z/zombie/spip.php' )../inc-public.php3:5
71.21745302532include( '/var/alternc/html/z/zombie/ecrire/public.php' )../spip.php:24
81.23725260156eval( ''?>\r\n\r\n
\r\n\r\n\r\n
\r\n
\r\n
\r\n

Rechercher avec Scroogle:

\r\n\r\n\r\n\r\nzombiemedia.orgweb\r\n
\r\n
\r\n
\r\n\r\n\r\n\r\n
\r\n\r\n

ZOMBIE est un espace libre de discussion et de mise en commun d\'informations et d\'idées afin de contrer la désinformation, promouvoir la pensée critique et encourager l\'action constructive.

\r\nÉcrivez-nous à zombie [at] zombie.lautre.net

\r\n
\r\n\r\n\r\n\r\n \r\n

*Art et culture

\r\n \r\n

*Droits et libertés

\r\n \r\n

*Environnement

\r\n \r\n

*Idéologies et religions

\r\n \r\n

*Individus et société

\r\n \r\n

*Médias

\r\n \r\n

*Politique internationale

\r\n \r\n

*Politiques nationales

\r\n \r\n

*Science et technologie

\r\n \r\n\r\n\r\n\r\n
\r\n\r\n
\r\n\r\n''
)
../public.php:27
91.24285331184inclure_balise_dynamique( )../public.php(27) : eval()'d code:54
101.24295332232inclure_page( )../assembler.php:263
111.25035333708public_parametrer_dist( )../assembler.php:233
121.25225334396public_composer_dist( )../parametrer.php:319
131.25735335152lire_fichier( )../composer.php:47
Vous inscrire sur ce site

L'espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Vous êtes ici : Accueil > Idéologies et religions > Néo-libéralisme et mondialisation des marchés

LA MONDIALISATION EN AFRIQUE

FLEAU OU REMEDE ?

lundi 12 janvier 2004, par Martial TCHENZETTE

Le 20 Juillet 2001 mourait Carlo Juliani, le premier martyr anti-mondialisation. Avant lui, bien d’autres ont été torturés(1) . En fait, ce que ces martyrs reprochent à la mondialisation, c’est certainement ses conséquences négatives sur les êtres et sur la planète en elle même. Mais qu’est-ce en réalité, la mondialisation ? En effet, la mondialisation est un phénomène d’interdépendance entre les humains et les pays qui tend à s’intensifier au fur et à mesure que s’écoulent les années(2) . Pour le chroniqueur financier, Martin Wolf, « la mondialisation est le grand événement économique de notre temps (…), qui ouvre des perspectives sans précédent à des milliards de personnes dans le monde »(3) . A n’en pas douter, si la première définition se veut un peu plus générale, la seconde semble de moins en moins faire l’unanimité. En effet, pour bien d’autres, la mondialisation est le mal le plus terrible que la terre ait jamais connu. C’est d’ailleurs pour cela que les manifestations anti-mondialisation aujourd’hui alter-mondialisation ont gagné en véhémence et en importance. Acceptée ou rejetée, on doit préciser tout de même que ce phénomène qu’est la mondialisation a connu une évolution particulière. Depuis l’Antiquité et le Moyen Age, on parle déjà de mondialisation. En effet, les féodaux se combattent pour agrandir leur territoire ; ils voulaient défendre l’idée de la « villageisation ». Etre le seul maître d’une vaste étendue : le monde. C’est ce que Shakespeare exprimait dans l’une de ses pièces : « Oh ! que n’ai-je une muse de flamme … un royaume pour théâtre, des princes pour acteurs et des monarques pour spectateurs de cette scène transcendante ! »(4) .

C’est ainsi la première forme de mondialisation. Le « Royaume », est le symbole de l’Etat-nation. C’est ce que Jean Jacques Roche exprime lorsqu’il parle de la fin du concert européen(5) . C’est une véritable mondialisation car les pays d e l’Europe essaient d’agrandir leur territoire et répandre leur idéologie. Il n’y avait pas d’acteurs représentant le secteur privé sous forme de sociétés ou de groupes de défense des consommateurs(6) . Shakespeare, toujours lui, mais dans un ouvrage autre. Il se présentait par là en véritable précurseur de la nouvelle scène de la mondialisation. « Le monde entier est une scène, hommes et femmes, tous n’y sont que des acteurs »(7) . Le théâtre des opérations ne cessait de s’étendre, l’expansion coloniale conférant à la lutte entre le mercantilisme et le libre-échangisme une dimension de plus en plus planétaire, au point qu’à la fin du siècle, ce que l’on appelle maintenant la mondialisation était sous une certaine forme entrée dans les faits(8) . On observait ainsi une assez grande diminution du rôle de l’Etat, voire sa disparition totale de la scène internationale. La place est cédée au lecteur privé. Le « vaisseau spatial » de la mondialisation est conduit par les organisations non gouvernementales, les organisations inter gouvernementales, la société civile, etc. Les règles inhérentes à la mondialisation restent tout de même fixées par les Etats. Sur un plan théorique, la mondialisation apparaît comme le substrat de l’échec de la théorie réaliste et la victoire du courant transnational. Avec la société monde de John Burton, le monde devient comme une toile d’araignée. Le modèle de boules de billard s’estompe pour céder la place à l’interdépendance croissante entre les différents acteurs du jeu international. C’est ce même modèle qui est développé par Norbert Elias dans sa « société d’individus » où la toile d’araignée est remplacée par le filet. On constate avec regret que la mondialisation est un phénomène certainement partiel et même partial ; car le gouffre qui sépare les pays développés des pays en voie de développement ne fait que s’accroître. L’Afrique quant à elle est le continent le plus - et bientôt sera le seul - à être dévasté par le vent de la mondialisation, si rien n’est mis en pratique. Mais on ne saurait pour autant obscurcir ses quelques bienfaits en Afrique. Il semble opportun de relever que ce sujet soulève de très grandes controverses lorsqu’il est déporté en Afrique. Pour certains, la mondialisation est l’événement le plus heureux de l’histoire de l’Afrique, le changement technologique apparaît comme une panacée. Mais pour d’autres, la mondialisation est la catastrophe la plus absolue qu’ait jamais connu l’Afrique qui continue à creuser l’écart entre les nantis et les démunis. Il n’ y a pas plus actuelle que la confrontation de l’Afrique face au défi de la mondialisation. On se rendra très vite compte que l’Afrique n’a pas encore relevé le défi de la mondialisation mais il faut reconnaître que beaucoup de choses sont en train d’être faites pour cette relève. S’interroger dès lors sur la question de la mondialisation en tant que fléau ou remède en Afrique nous ramène à analyser la finalité de celle-ci dans ce continent. Comme l’a si bien souligné VALASKAKIS, la mondialisation ne va pas sans chocs asymétriques(9) . En effet, la mondialisation reste encore un fléau pour l’Afrique (I) mais bientôt, très bientôt cependant, cette mondialisation pourra être un remède pour l’Afrique (II).

..::Rubrique::..

Néo-libéralisme et mondialisation des marchés

Récents articles dans cette rubrique

* Developing Countries at Doha Round : WTO misconceptions
* Un nouveau colonialisme
* LE REGIONALISME ET LA MONDIALISATION SONT-ILS DES PHENOMENES EXCLUSIFS ?
* L’argent fait-il le bonheur ?
* PARLONS INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES...

TYPE D'ARTICLE

Essai critique

Récents articles du même type

* Séisme social au Cameroun:Révendications légales ou instrumentalisation Politique ?
* Le football mondial entre jeu et enjeux
* La liberté
* Le Grand départ des militaires de Valcartier.
* Réflexion sur le messianisme politique en Afrique

Récentes brèves du même type

* TQS, le torchon noir de la télé
* À voir : The Story of Stuff
* Jeune afghan : execution pour journalisme et droits des femmes
* Doit-on boycotter les jeux olympiques de Pékin de 2008 ?
* 11 septembre 2001 : une théorie de la conspiration

Auteur(s):

Martial TCHENZETTE
Je suis né le 27 juillet 1981 à Douala au Cameroun.je suis licencié en droit et sciences politiques de l’université de DSCHANG au Cameroun .Je suis aussi titulaire d`une maîtrise et d’un DESS en relations internationales de l`Institut des Relations Internationales du Cameroun et d`un diplome de second cycle en sciences politiques .Je suis par ailleurs en cycle de doctorat option droit international public à l’université de Douala au Cameroun. J’essaie de concilier mon activité de chercheur à la profession de diplomate que j’exerce à la Direction des Affaires d’Amérique et des Caraïbes au Ministère des Relations Extérieures du Cameroun.J’ai été co-rédacteur de la page étrangère de la revue l’EQUATORIAL et expert en charge des questions africaines à la Radio Francophone Iranienne.

*autres articles du même auteur

imprimerImprimer cet article

I - LA MONDIALISATION, UN FLEAU CONTINU EN AFRIQUE On ne le dira jamais assez, l’Afrique est une victime de la marginalisation liée à la mondialisation (A). C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a reçu les aspects néfastes de ce phénomène (B).

A - L’Afrique subit une marginalisation face à la mondialisation Qui dit mondialisation en Afrique, peut penser à la destruction de l’Afrique (1) et à la lésion du continent (2).

1. la mondialisation, symbole de destruction des ressources africaines Les ressources détruites à défaut d’être écologiques (a) résultent de l’échec des privatisations (b).

a) Les destructions écologiques L’Afrique est l’un des continents les plus riches(10) . Mais malheureusement et depuis toujours d’ailleurs, les pays de l’occident n’ont jamais cessé de l’exploiter. De tout temps, ils ont cherché une forme particulière pour piler nos richesses. Nos pères ont été utilisés. Aujourd’hui, la mondialisation est le nom de notre nouveau malheur. La mise au point d’outils de plus en plus performants ne favorisent qu’une destruction plus aisée du continent africain. En réalité, « la mondialisation de l’économie s’est faite sous l’impulsion des forces du marché qui sont bien plus soucieuses d’engranger des profits »(11) que de protéger l’Afrique. Relativement à l’Indonésie, le directeur du fonds mondial pour la protection de la nature en Indonésie (12) explique que tout est fait pour prendre le développement de vitesse, oubliant ou favorisant les destructions écologiques si bien que dans dix ans alors que nous seront assez sensibilisés sur la protection de l’environnement, il n’y aura plus rien à défendre(13) . La rupture des frontières semble être unilatérale. Le libre-échangisme est un fait dans les relations Sud-Nord, mais Nord-Sud, une grande marginalisation perdure. Le meilleur cacao ou café africain par le phénomène de la rupture des frontières est très vite acheminé en Europe ou en Amérique. Peu après, le cacao africain gagnera son territoire d’origine sous la forme de chocolat importé, de café importé et le prix doublera et peut-être même triplera qui sait ! Avec tout cela, comment les riches ne doivent-ils pas continuer à s’enrichir et les pauvres à s’appauvrir davantage ? Triste réalité mais c’est aussi cela la mondialisation. Ce phénomène qui amène les Etats à se retirer de la sphère économique au bénéfice des autres acteurs du secteur privé : c’est la privatisation. La privatisation est l’action de transférer au secteur privé le capital d’entreprises appartenant à la puissance publique, et qui très souvent avaient auparavant fait l’objet d’une nationalisation(14). La privatisation se conçoit tout simplement comme l’action de confier au secteur privé des activités jusque là gérées en régime direct par une personne morale de droit public. Ces deux définitions résonnent certainement bien mais dans le contexte africain particulièrement, les privatisations n’ont pas encore réussi.

b) L’échec actuel des privatisations en Afrique Si tant est que la finalité de la privatisation dans le cadre d’une mise en œuvre efficace de la mondialisation est le développement, il demeure clair que c’est très souvent le contraire. Aux Etats-Unis, la gestion des entreprises par le secteur privé est un grand échec. Ils ont constaté là-bas chez eux que la victoire du libéralisme sur le socialisme n’est pas un idéal de vertu. De ENRON à WORLD COM, en passant par XEROX, les Etats-Unis ont appris à leurs dépens ce qu’est le capitalisme. En France, la chute de Vivendi ne démontre pas le contraire, mais nous ne reviendrons plus en détails sur ces chutes de l’Occident ; revenons ainsi à notre chère Afrique. Que l’on soit au Sénégal ou au Cameroun et même dans une grande partie du continent, l’exemple type des privatisations reste celui de la société d’électricité. En effet, relativement au Cameroun, les américains avec à leur tête M. Mark Miller se sont accaparés de la Société Nationale d’Electricité (SONEL) aux fins d’en faire une société sainte et saine. Une société capable de satisfaire les besoins, ne serait-ce qu’élémentaires des citoyens camerounais en énergie électrique et partant, asseoir le développement du Cameroun. Ce n’est pourtant pas ce qui s’est passé. L’une de leurs premières innovations est de penser à une augmentation du coût de l’énergie. La nouvelle AES-SONEL, puisqu’il s’agit bien d’elle, mènera au Cameroun une véritable opération de « civilisation ». Alors qu’aux Etats-Unis, l’énergie électrique devient la ressource dont on a le moins besoin (parce que bien sûr tout le monde la détient déjà), au Cameroun, beaucoup, des plus démunis aux plus nantis sont encore en manque. L’arrivée de Mark Miller a fait suite à une série de coupures sans pareilles. Grave était l’incident au point où une planification des coupures était prévue. Ceux qui disposaient de poissonnerie devaient simplement fermer. Dans les zones rurales, l’énergie électrique devenait l’exception et son absence, le principe. Pour abonder dans le même sens qu’Ignacio RAMONET du monde diplomatique, mais relativement à l’Afrique, cette fois-ci, on dira que dans ce continent, celui qui dit mondialisation dirait régression. Selon un journal camerounais, le directeur général de AES SONEL, M. Mark Miller, une fois assis sur le fauteuil du directeur, s’est empressé d’effectuer des virements des millions de nos francs CFA à leur filiale aux Etats-Unis. Est-ce vrai ? On se demande tout de meme ce qui aurait justifié cet échec farouche de la privatisation de la SONEL et partant, son éviction de la tête de cette société ? En effet, depuis le mois de Juillet 2001, Helen TARNOY est directeur général de l’AES-SONEL. Permettrait-elle a cette privatisation de réussir ou alors, sera-ce la même situation qu’au Sénégal ? Au Sénégal, l’échec de la privatisation de la société d’énergie électrique a contraint l’Etat à revenir à l’ère de l’interventionnisme(15). L’Etat sénégalais a mobilisé des groupes électrogènes afin de ravitailler une bonne partie de la population. C’est aussi cela la privatisation, c’est aussi cela la mondialisation, source de lésion de l’Afrique.

2. la Mondialisation, source de lésion de l’Afrique La lésion du continent africain s’opère à un double plan interne (a) et externe (b).

a) la lésion interne de l’Afrique A l’intérieur de l’Afrique, les problèmes du sous-développement et de pauvreté persistent. Tout porte à croire que la mondialisation est occidentale et les conséquences sont supportées par l’Afrique. Au lieu d’évoluer, on ne fait que régresser. Le fossé d’inégalité continue de s’agrandir. A regarder de près d’ailleurs, on se rend compte que la répartition des richesses n’a jamais été égalitaire mais la mondialisation est venue élargir le gouffre entre les pays riches et les pays pauvres. Alors qu’on voit d’un côté, des jeunes européens à bord de trains à grande vitesse (TGV), on observe des africains se bousculant pour avoir des places dans un car aussi vieux et délabré que la route sur laquelle il roulera. C’est le paradoxe du siècle. Pourtant, à s’en tenir à la villagéisation, le monde deviendra un village planétaire. Ainsi, tout devrait être pareil mais hélas, ce n’est pas le cas. Les blancs ont-ils découvert une nouvelle forme de colonisation en plus du néo-colonialisme ? Les africains sont les victimes de la mondialisation ; ils subissent une très grande marginalisation. Sur le plan interne, on l’a démontré ; mais le plan externe reste encore à exposer.

b) la lésion externe de l’Afrique La mondialisation, on ne le dira jamais assez, est un phénomène d’unification des pays du monde. Le monde. Le monde devient ainsi une sorte de fédération à l’instar des Etats-Unis. Or aux Etats-Unis, les 50 Etats sont solidaires et égalitaires, ce qui n’est pas le cas dans ce monde qu’on dit « mondialisé ». Tout au long de l’année 2002, les lois contre l’immigration deviennent de plus en plus rigides à l’égard des africains. L’acquisition des passeports ou autres documents nécessaires aux éventuels déplacements est de moins en moins évidente. Comment peut-on concevoir qu’un déplacement de New York à Washington soit controversé pour un citoyen américain au motif que ses papiers ne sont pas suffisants ? C’est à peu près le même cas pour les africains qui sont supposés, comme tous les autres, être des citoyens du monde mais qui paradoxalement sont traités le plus souvent comme une catégorie entièrement à part et non à part entière. ce point de vue a été confirmé par une réunion des pays des Afrique-Caraïbe et Pacifique(16) . Au cours de cette réunion qui s’est tenue la semaine du 15 Juillet 2002, il ressort que « Les pays pauvres sont marginalisés face à la mondialisation et la rigide politique d’immigration menée par l’Union Européenne. A cette lésion externe : les considérations racistes. Comme me le disait mon enseignant de Relations Internationales : « Alors qu’un de mes amis et moi nous baladions dans une banlieue de la France, des médecins français distribuaient des tracts pour des dons de sang. Ces distributeurs nous ont traversés, faisant semblant de ne pas nous avoir vus pour remettre ces tracts à de jeunes blancs juste derrière nous. Pourquoi cela ? Tout simplement parce que nous étions des noirs ».

Comment peut-on concevoir l’idée d’une mondialisation avec des aspirations pareilles. Sous cet angle, on peut douter de la véracité des propos de mon professeur des Relations Internationales, mais les élections présidentielles françaises de 2002 nous ont donné un exemple manifeste. Jean Marie LEPEN n’a pas caché son idéologie lorsqu’il affirmait qu’une fois au pouvoir, tous les noirs quitteraient la France pour rejoindre l’Afrique. Il était clair que la mondialisation allait à la dérive car la notion de « citoyenneté du monde » prêchée par Giscard d’Estaing et chèrement défendue par Jacques Chirac n’avait plus de place. La société civile en France comme un seul homme s’est levée et a pu repousser cet élan de l’Extrême Droite. Une question se pose cependant ; la réaction des « français de France » et non pas des « Français du monde »(17) n’était-elle pas motivée par un intérêt quelconque ? Ca m’en a tout l’air. En effet, si tous les Français de souche africaine, venaient à être rapatriés, que serait encore la France ? Un exemple patent : regardez l’équipe nationale de Football française. Nous pensons que LEPEN n’a fait qu’exprimer tout haut ce que tous pensent tout bas. Voir l’Afrique dans le piège de la mondialisation, c’est le souhait de beaucoup de personnes.

B - L’Afrique tombe dans le piège de la mondialisation Le piège ici, c’est le caractère inconvénient de la mondialisation sur la manière de vivre des africains. La mondialisation africaine conduit à une dépravation des mœurs (2) mais beaucoup plus à un assez grand sous-développement. Nul ne peut en effet réfuter l’idée selon laquelle la mondialisation a conduit à un chômage plus ou moins élevé du à une baisse de salaire.

1. La mondialisation accentue le sous-développement en Afrique Le sous-développement perdure à travers la mondialisation par le chômage (a) et la baisse des salaires (b).

a) Mondialisation africaine synonyme de chômage La privatisation des sociétés en Afrique conduit délibérément vers le licenciement de nombreux citoyens. Au Cameroun, avec la privatisation de la SONEL, de la REGIFERCAM, etc. Beaucoup de Camerounais ont été limogés ; certains ont été purement et simplement compressés, d’autres ont « tout gentiment été poussés à la retraite »(18) . A en croire un journal camerounais, plus d’un millier d’employés de la SONEL seront mis à la porte(19) . Autre cause du chômage liée à la mondialisation : les innovations technologiques. Avec la mise au point des outils informatiques, bien des citoyens seront mis à la porte. Bref, il y aura plus de chômeurs que de recrutés. La fabrication des engins de transformation de ressources a considérablement réduit la main d’œuvre rurale et favoriser l’oisiveté rurale. Comme l’a précisé M. VALASKAKIS, « la technologie a parfaitement réussi à réduire l’effort humain nécessaire pour obtenir une production déterminée »(20) . Avec la mondialisation, seule 30% des personnes peuvent être capables de produire ou fabriquer les besoins du reste de la population de l’Afrique. Les chanceux, si l’on peut les appeler ainsi, ceux qui resteront, verront leur salaire considérablement réduire.

b) La mondialisation, synonyme de baisse de salaire en Afrique Etant donné que l’outil informatique et bien d’autres innovations technologiques ont vocation à remplacer la main d’œuvre humaine, les employés qui seront gardés gagneront un peu moins par mois. Cee n’est qu’une conséquence logique car leurs efforts aussi seront réduits. Bizarrement, pendant que le salaire régresse en Afrique, dans les pays du Nord c’est le contraire. C’est relativement à cela que certains auteurs ont pu parler des « écarts de revenus »(21) . En fait, les écarts de revenus se creusent entre les pays pauvres et les pays riches. En 1999, on constatait que la part du cinquième le plus pauvre de la population mondiale dans le revenu mondial est revenue de 2,3% à 1,4% , alors que celle du cinquième le plus riche passait de 70 à 85%. La mondialisation en Afrique, vue sous cet angle, est bien un fléau. Cette idée ne saurait disparaître quand on sait que la mondialisation africaine - nous pensons la mondialisation en Afrique si vous préférez - est une source énorme de dépravation de mœurs.

2. La mondialisation favorise la dépravation des mœurs en Afrique La dépravation des mœurs en Afrique est présentée manifestement sous le cadre de la position cybernétique (a) et du « cyberterroriste » qui est cependant encore très attendu dans ce continent (b).

a) La prostitution cybernétique Il suffit d’entrer dans la plupart des cyber cafés du pays pour se rendre compte de la très grande dépravation des mœurs. Des enfants les plus jeunes ayant à peine atteint la quinzaine et les plus âgés, minimum 20 ans, bref tous, du moins la plupart des mineurs. Sans gène, ces enfants ouvrent des sites pornographiques qu’ils savourent avec extase et satiété. C’est l’aspect indirect de la prostitution cybernétique, qui revêt aussi un caractère direct ou manifeste. La véritable prostitution cybernétique est incarnée avec regret (en grande partie) par nos sœurs africaines. Ces filles qui n’hésitent pas à envoyer leurs photos pornographiques à de soi-disant blancs pour de l’argent parfois mais pour un éventuel mariage le plus souvent. Ces photos servent de prime abord d’étude. Ces filles, nos sœurs, sont assez bêtes ; car comment peut-on prétendre aimer et subordonner l’amour au sexe ? Purement et simplement absurde ! mais que faire ? C’est cela la haute technologie et c’est aussi ça la mondialisation. Une chose qui a vu le jour chez les occidentaux (une chose négative. Il faut le préciser) mais qui n’est pas encore pleinement encrée dans le Gédéon africain, (attendu cependant) reste le cyber terrorisme.

a) L’attente du cyber terrorisme en Afrique Avec le phénomène de la privatisation, tout est privatisé et même le terrorisme(22) . Le terrorisme cesse d’être l’apanage des seuls Etats et devient aussi celui des individus. Il est à présent plus facile de commanditer à distance des catastrophes. A présent que tout est informatisé, il suffisait tout simplement qu’un léger dysfonctionnement soit enregistré pour qu’une catastrophe soit grande. Le bug informatique nous donne un exemple patent de ce que peut être l’aspect négatif de l’outil informatique. L’anthrax ou la maladie du charbon est aussi l’œuvre de la mondialisation. Puisque les avions sont commandés à base des ordinateurs, une connexion à ces ordinateurs par un dissident entraînerait très rapidement un choc à l’instar de celui du 11 Septembre 2001 . Force est cependant de constater que la mondialisation africaine existe c’est une réalité mais l’espoir est permis quant à une naissance d’une mondialisation en Afrique. En effet, il échet de constater que la mondialisation telle qu’elle le conçoit et s’applique n’est pas la même en Afrique. En Afrique tout semble prouver qu’il existe une forme particulière de mondialisation africaine ; mais l’espoir subsiste car beaucoup de choses sont faites pour que la mondialisation telle qu’elle se conçoit généralement sont applicable en Afrique d’où l’expression mondialisation en Afrique. Ainsi et ainsi seulement, elle sera un remède aux maux qui minent actuellement ce continent.

II- LA MONDIALISATION,TRES BIENTOT POURRA ETRE UN REMEDE POUR L’AFRIQUE

Les africains en général essayent de faire des efforts pour être à la pointe de la mondialisation. On constate ainsi que la mise au point des nouvelles technologies de l’information et de la communication est de plus en plus effective (A) alors que la doctrine politique de la mondialisation est de moins en moins théorique (B).

A - La mise au point des nouvelles technologies de l’informatique et de la communication(NTIC)

Pendant longtemps en Afrique, on pouvait compter du tout des doigts ceux qui savaient se servir d’un outil informatique. Ceux qui savaient ce que s’est qu’un e-mail. Ce n’était pas de leur faute. Au Cameroun par exemple seuls les plus nantis étaient concernés par l’informatique, par l’internet. L’achat d’un ordinateur coûtait les yeux de la tête. Les frais de douane des appareils informatiques étaient exorbitants. Dans tous le pays on comptait à peine dix cyber café. Le prix du surf était faramineux. A titre d’exemple l’heure dans le cyber café le moins cher s’évaluait à moins de deux milles cinq cent francs. Actuellement beaucoup d’efforts sont faits pour épouser l’ère de la haute technologie. Les Etats africains ont tout d’abord commencé à détaxer les outils informatiques. Ce qui favorisait ainsi une importation massive des ordinateurs vers le continent africain. Ensuite, les licences d’exploitation des cyber café se délivrait au complication. Ce qui amène les individus à mieux investir dans ce secteur. On assistait ainsi à une prolifération croissante de cyber café. Mais cela demeure ou demeurait (selon certains pays et villes d’Afrique) insuffisant. L’Etat décidera ainsi de venir en aide au secteur privé afin de parfaire le processus de mondialisation. Le président de la république du Cameroun, son Excellence Paul Biya a offert presque une centaine d’ordinateurs dans un grand lycée de la ville de Yaoundé. Et, il s’est rendu personnellement sur les lieux pour encourager ces jeunes à maîtriser l’outil du troisième millénaire. Le ministre de l’enseignement supérieur du Cameroun a œuvré pour la construction d’un centre informatique à l’université de Yaoundé. Un projet similaire a été réalisé à l’Université de Dschang à l’Ouest du Cameroun. Au Sénégal, en Afrique du sud, au Ghana au Maroc et dans bien d’autre pays de l’Afrique, Internet n’est plus une illusion. La preuve, dans les établissements scolaires, les bulletins sont informatisés. Le prix du surf a considérablement baissé ; l’heure est évaluée actuellement à 500F.cfa en moyenne. Cependant, toutes ces aspirations vers la haute technologie sont certes moins théoriques mais pas encore effectives. Dans beaucoup de zones rurales africaines, des cyber café sont inexistants et c’est aussi en vogue en Afrique et permet aux africains de résoudre, bien des maux qu’on connaît tout. En Afrique, on le constate un espoir semble se pointer à l’horizon inhérent à la réception de la facette politique et juridique de la mondialisation.

B - L’espoir d’une réception politique et juridique de la mondialisation

La réception politique passe par les efforts de mise à jour de la démocratie libérale(1) dont le pendant juridique économique reste le respect des droits de l’homme et la lutte contre le sous développement (2).

1. Les effort de mise à jour d’une démocratie libérale Avec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 et la dislocation de l’union des républiques socialistes (U-R-S-S-) LE 8 décembre 1991, la démocratie libérale n’avait plus de frontières ; Elle était appelée à s’étendre sur l’ensemble du globe terrestre. C’était l’apogée du « village planétaire » annoncé par l’architecte BUCKMINSTER et la scène décrite par Fukuyama(23) . Cette nouvelle scène internationale ne pouvait ne pas laisser le continent africain indifférent. Ce continent qui prônait paradoxalement l’idée d’un non alignement pourtant pour la plupart, ils appartenaient à l’un des deux camps(24) . Avant l’événement de 1983. Les Etats africain furent essentiellement monarchiques(25) . C’est vrai que certains voulaient faire des exceptions mais hélas ? Depuis 1990 le vent d’ouest souffla sur l’Afrique. Par son discours de la boule, le président Français, François Mitterrand affirmait qu’aucune aide ne sera allouée aux pays africains s’ils ne se conformaient pas la nouvelle donne politique qu’est la démocratie libérale. C’est ainsi que les trois quart des Etats africains ont été contraints à épouser la démocratie, la démocratie libérale. Comme nous l’avons démontré un peu plus haut, cette imposition a eu des conséquences néfastes en Afrique(26) . En effet, les africains(27) vu les intérêts en présence n’ont pas hésité à adopter le multipartisme. Même Mobutu la fait. Mais s’ils l’ont fait. Tout cela était théorique et même très théorique car dans les faits, dans la pratique, nous avons débute peu à peu en Afrique devienne plus effective. L’Afrique ainsi ne sera plus mal partie. On peut réussir et on va réussir. Ne dit-on pas que c’est ce « petit à petit que l’oiseau fait son nid » c’est ce même projet, cette même idée qui est dépendu en matière de droits de l’Homme.

2. Les efforts de l’application juridique économique de la mondialisation L’aspect économique de la mondialisation est l’économie de marché(28) . C’est ce phénomène caractérisé par la privatisation et le flux des capitaux nous n’y reviendrons plus car nous avons exposé la situation de la privatisation africaine. On peut cependant ajouter que seule l’état de conscience des investisseurs internationaux à défaut d’une privatisation nationale, permettrait de combler cette lacune. L’aspect juridique de la mondialisation demeure encore le respect universel des droits de l’Homme.

Dans la plupart des pays Africain, des observatoires nationaux des élections ont été crées parfois et presque toujours déjà, des envoyés des organismes internationaux tel l’organisation des nations unies sont présent au moment des élections. Ce fut le cas au Cameroun lors du double scrutin municipal et législatif du 30 juin 2002. On constate aussi que les chefs d’Etats africains acceptent déjà peu à peu de quitter le pouvoir. L’exemple solitaire est celui de la transition démocratie du Sénégal, du Mali. C’est déjà le pluriel et c’est déjà bien. Néanmoins, relevons que beaucoup de choses restent à faire car ça et là on perçoit encore des élans de confirmation du pouvoir, de dictature. Quelqu’un n’a t- il pas dit qu’en Afrique : « quoiqu’on fasse les auteurs restent les mêmes et les mentalités aussi »(29) . Nous ne souhaitons qu’une chose ; que ces efforts commencés se poursuivent. Que la démocratie libérale dont l’application effective de la royauté. On s’en rend compte, des efforts sont fait dans la reconnaissance effective des droits de l’Homme. Nous parlons d’effective car comme l’a si bien souligné le Professeur KAMTO, les Etats africains ont adoptés les grands textes internationaux(30) sans les mettre en pratique. La Charte Africaine des Droits de l’Homme a été conçue en Afrique mais elle n’était pas appliquée. Le Quatrième Pouvoir(31) détient une influence de plus en plus grande en Afrique. Les droits de l’Homme sont sur le chemin du respect dans beaucoup de domaine notamment les corps armées. Mais ce processus est loin d’être achevé. En Tunisie le politologue « politicien » AMA AMANI Ibrahim, mari de Radia NASRAHOUI a été condamné à 7 ans d’emprisonnement fermes. C’est de justesse qu’un journaliste au Zimbabwe a échappé à la détention. Ces deux hommes n’avaient fait qu’exprimer leurs opinions car tout le monde a droit à la liberté d’opinions.

Autre lacune à combler en Afrique, c’est le sous développement. Le sous développement en Afrique est une réalité, misère et pauvreté sont les nouveaux synonymes en Afrique. Pourtant, certains chefs d’Etats auraient affirmé que tant que les africains ne mangeront pas à leur faim, n’auront pas de quoi se vêtir ou un toit pour dormir, le minimum d’éducation requis, ils n’auront pas de paix intérieure. Avec des paroles, nul ne l’ignore, on peut construire des gratte-ciels en quelques secondes ; tout ce que nous demandons c’est la pratique et une pratique effective et efficace. C’est justement pour répondre à ces doléances que les Etats africains mettent l’accent sur l’initiative privée en encourageant le forum de création des entreprise. Certains sont allés jusqu’à gratifier les parents à travers la gratuité de l’école primaire. Vivement que cela soit suivi au secondaire et au supérieur. Mais nous doutons car si le primaire a été supprimé quant un frais d’inscription c’est tout simplement force qu’il rapportait le moins à l’Etat que le secondaire et le supérieur. Sur le plan continental, la mise à jour du nouveau partenariat pour le développement africain et de l’Union Africaine vient augmenter notre potentiel d’espoir de voir une Afrique heureuse. Cependant nous constatons que tout demeure théorique et rien que théorique or aussi solides que peuvent être des bases théoriques, elles ne résistent jamais à l’échec de la pratique. Pour relever le défi de la mondialisation l’Afrique doit s’unir et converger vers les mêmes horizons. Elle doit d’abord compter sur les propres potentialités avant de se retourner vers l’occident, si non un échec sera très vite arrivé. L’expérience nous a montré que pour être riche il faudrait bien évidemment qu’il y ait un pauvre. Pour être plus développés, il faudrait un "sous - sous développés". C’est dans cette logique qu’on conçoit l’idée des pays pauvres très endettés (P.P.T.E.). En somme, nous remarquons la mondialisation en Afrique n’est pas encore effective car nous sommes plutôt confrontés à une mondialisation Africaine. C’est le chômage excessif par ci, c’est la baisse des salaires par là. Bien des choses qui nous montrent qu’en Afrique la mondialisation a eu exactement le contraire de l’effet attendu. On dirait en effet, que la mondialisation en Afrique est une véritable boite de pandore. Néanmoins fatigués, nous pensons, d’être relayés à l’anti-chambre de l’histoire du monde, l’Afrique est déterminée à œuvrer pour que cela cesse. On constate ainsi que les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont l’occupation actuelle des Etats Africains ; la restructuration des droit s de l’homme et la lutte contre le sous développement sont les nouveaux combats de l’Afrique. Elle peut être victorieuse. Le Pr. KANGUE, historien mais surtout Egyptologue soutient avec fermeté que cette l’ Afrique se sera pleinement affirmée en 2015. C’est le temps qui le décidera. A la question de savoir si la mondialisation en Afrique est un fléau ou un remède, nous répondrons que ce phénomène n’est pas le remède que l’Afrique attend pour résoudre ses problèmes ; ou plutôt ce serait mieux de dire que la mondialisation n’est pas encore un remède. On espère cependant qu’elle sera de moins en moins un fléau.

1-En Décembre 1999, une conférence sur l’organisation Mondiale du Commerce tenue à Seattle aux Etats-Unis a été interrompue par des militants anti-mondialisation qui ont été calmés par des gaz lacrymogènes et des centaines d’entre eux ont été arrêtés et torturés. 2-En effet, l’instrument initial de la mondialisation restait le moyen de locomotion (marche, voiture ou bateau) pendant et après la guerre froide, on a vu se développer la mondialisation (téléphone rouge, Internet, etc.). 3-Cité par le « Réveillez-vous » du 22 Mai 2002, p.3. 4-Shakespeare (W), Henry V. 5-Roche (J.J.), Relations Internationales, LGDJ, 1999. 6-VALASKAKIS (K), Le théâtre de la mondialisation : la scène, la distribution et l’intrigue de la pièce ont changé, Revue trimestrielle, Juin 1999, p.173. 7-SHAKESPEARE (W) « Comme il vous plaira ». 8-VALASKAKIS (K) : « Le théâtre de la mondialisation … » revue trimestrielle de sciences sociales, Juin 1999, p.176. 9-VALASKAKIS (K) Op. cit, p.179. 10-Il s’agit bien ici de la richesse naturelle africaine. 11-Réveillez-vous ! 22 Mai 2002, p.4. 12-Agua Purnomo. 13-Réveillez-vous ! Op. cit. 14-Il faut entendre par nationalisation,l’expropriationlégislative des propriétaires ou actionnaires de firmes industrielles ou commerciales sous l’impulsion de considérations diverses avec transfert du pouvoir à des organes nationaux et attributions de leur patrimoine à l’Etat. 15-Parler interventionnisme à une époque pareille c’est démontrer l’échec de la théorie libérale en Afrique ou du moins qu’elle n’a pas encore réussi car jusqu’à preuve du contraire, le socialisme n’est pas encore entièrement mort. 16-Cette réunion s’est tenue à Fidji qui est un Etat du Pacifique Sud, Archipel composé de 326 îles. 17-Expression chère au Général de Gaulle. 18-Cameroon Tribune, 8 Juillet 2002, p.9. 19-Cameroon Tribune, Op. cit. 20-VALASKAKIS (K), Op. cit. p.178. 21-VALASKAKIS (K) Op. cit. p.180. 22-VALASKAKIS (K) : Op. cit. p.177 : il essaie de démontrer que la mondialisation a aussi des effets négatifs. 23-FUKUYAMA(F) "The End of the History and the Lust man" publié dans la revue National Interest. 24-Roche ( J.J ) relations internationales L.G.D.J. 25-C’est dire qu’ils penchaient beaucoup plus vers l’idée d’une démocratie socialisme. 26-Confère ."Les conflits en Afrique :diagnostic et thérapie,publié chez zombie 27-Entendre ici les chefs d’Etats africains. 28-Roche (J.J) : Relations Internationales L.G.D.J. 29-Quotidien britannique, quant à la création de l’union Africaine. 30-Certains Etats ont inséré ces textes directement dans les corps des constitutions d’autres dans les préambules. 31-Entendre le pouvoir médiatique.

répondre Répondre à cet article

envoyer Envoyer cet article

Vous avez aimé cet article ? Cliquez ici pour le recommander à Rezo.net, l'Autre Portail.

 

Il y a 1 contribution(s) au forum.

> LA MONDIALISATION EN AFRIQUE
(1/1) 22 octobre 2004, par moultin

> LA MONDIALISATION EN AFRIQUE

22 octobre 2004, par moultin   [retour au début des forums]

pourqoi pas en europe


pourqoi la mondialisation en afrique

répondre  Répondre à ce message


HAUT | Accueil | Qui sommes-nous? | Liens dézombificateurs | Zone Ouverte de Discussions | Participez !! | FAQ | Admin

xml SYNDICATION | ARTICLES POPULAIRES & VISITÉS | PLAN | ÉDITION EN MODE TXT | TOUS LES RÉDACTEURS

Ce site utilise PHP et mySQL et est réalisé avec SPIP logiciel libre sous license GNU/GPL

Creative Commons License Le matériel publié sur ce site est soumis à cette license de Creative Commons